All Time Readings

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." – Jules Renard

Catégorie: Thriller

Papillon de nuit – R.J. Ellory

Résumé :

« Assassinat de Kennedy, guerre du Vietnam, luttes pour les droits civiques, Ku Klux Klan : c’est dans cette Amérique en crise des sixties que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Verney, son meilleur ami.
1982. Daniel est dans le couloir de la mort. Peu de temps avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Papillon ne nuit, premier roman publié de R. J. Ellory, nous emporte là où rodent la folie et le complot. »

Mon avis :

Je remercie chaleureusement le Livre de Poche pour l’envoi de ce livre!

Papillon de nuit m’avait tapé dans l’œil il y a déjà un petit bout de temps. Evidemment, un livre dont le résumé débute par « Assassinat de Kennedy » ne peut que m’intéresser et m’intriguer. De plus, je ne voyais que des chroniques positives! Alors quand je l’ai vu dans la sélection de février pour les partenariats du Livre de Poche, je n’ai pas hésité une seule seconde. C’était sûrement l’une des plus belles décisions de ma vie.

tumblr_nwjfjw5lnx1t8e8cao1_400

A quinze kilomètres au sud du trente-troisième parallèle nord, entre la rivière Trinity et le triple passage souterrain de Dallas… et c’était Dealey Plaza, le site du premier temple maçonnique de Dallas. Avant, cet endroit s’appelait Bloody Elm Street, et c’est là qu’ils ont amené le roi de Camelot, John Fitzgerald Kennedy, et qu’ils l’ont sacrifié.

Daniel Ford va mourir. Dans quelques semaines, il sera exécuté dans une prison miteuse de Caroline du Sud pour un crime qu’il n’a pas commis. On l’accuse d’avoir tué un jeune noir, Nathan Verney. C’est totalement absurde. Même avec toute la volonté du monde, Danny n’aurait jamais tué personne et encore moins Nathan, son meilleur ami depuis ses six ans. Dans l’Amérique des années 60, leur amitié dérangeait. Rendez vous compte, un petit blanc qui ne quittait pas d’une semelle un nègre. Mais les deux enfants n’avaient que faire des préjugés raciaux de leur époque et un simple sandwich au jambon cuit va les lier d’une amitié indescriptible. Ensemble, ils vont traverser des moments de joie, d’effroi, de peine et les grands événements de leur siècle : l’assassinat de Kennedy – John puis Bobby -, celui de Martin Luther King et surtout le conflit au Vietnam. Cette guerre qui, à peu de choses près, aurait pu mettre un terme à leur amitié. Mais plus les épreuves s’avéraient difficiles, plus leur amitié se renforçait. Jusqu’au jour au Nathan Verney est retrouvé mort. Après une dizaine d’années en prison, on communique à Daniel sa date d’exécution. C’est le début d’un long travail de deuil. Le deuil de Nathan, d’une génération perdue, de lui-même et de ses souvenirs.

De six à vingt-quatre ans, nous avons vécu des vies parallèles, et si l’un ou l’autre partait de temps en temps à droite ou à gauche, ou alors marquait une pause, ralentissait, ou manquait un pas, nous finissions toujours par nous retrouver un peu plus loin. A vrai dire, j’aurais eu du mal à me créer une vie après la mort de Nathan.

Je vais avoir du mal à faire cette chronique car ce livre m’a littéralement laissé sans voix. J’ai été bluffée, scotchée, époustouflée… Tout est parfait, du début à la fin, je n’ai pas trouvé un seul point négatif. Même en cherchant la petite bête je ne trouve rien. Que ce soit les personnages, l’histoire ou le style d’écriture, il n’y a rien à changer, tout est littéralement parfait. Et pour être honnête, je ressors de cette lecture quelque peu changée.

Commençons donc par les personnages. Daniel Ford est aussi attachant qu’émouvant. On sait qu’il se retrouve en prison pour un crime qu’il n’a pas commis et surtout, qu’il va mourir sur la chaise électrique à cause de cela. C’est révoltant. A chaque page tournée, on espère un rebondissement, on espère un appel du gouverneur qui annulera ou au pire retardera l’exécution. On est obligé de ressentir de la compassion pour ce personnage. Comme s’il était réel, comme si toute l’affection qu’on lui porte pouvait traverser le papier et le toucher en plein coeur. C’est assez impressionnant de la part de R.J. Ellory car en lisant Papillon de nuit, j’avais le sentiment que tout ceci était réel, que cette affaire sordide s’était vraiment déroulée et que Danny allait véritablement mourir. Mais je reviendrais sur cet aspect plus tard. Revenons donc à Daniel Ford. C’est lui le narrateur, c’est lui qui nous rend compte des tenants et des aboutissants de cette injustice. Mais le plus important est qu’il nous raconte toute son histoire avec Nathan, de leur six ans jusqu’à la mort de ce dernier. Rien n’est omis. On sait comment ils se sont rencontrés, comment ils sont devenus amis, toutes les épreuves auxquelles ils ont du faire face ensemble. Et il faut bien le dire, leur amitié est extraordinaire, vraiment touchante. A leur époque, une amitié inter-raciale n’était pas chose aisée, et pourtant rien ne semblait plus naturel. Ils étaient fait pour être amis. Le lecteur peut même avoir l’impression de faire partie de cette amitié, on partage tout avec eux. Alors quand Nathan se fait tuer, je crois qu’on ressent presque autant de colère que Danny. Car Nathan est un personnage fort sympathique mais aussi émouvant. Que ce soit au restaurant, dans la rue, au bar, il est la cible d’un racisme abjecte. Pourtant il ne demande rien à personne. Je me suis beaucoup attaché à ce personnage et je dois bien avouer que j’ai versé ma petite larme quand il est mort.
Ce livre nous présente beaucoup de personnages et il serait trop long de tous les détailler. Pour parler des principaux, je dirais que Caroline et Linny m’ont un peu dérouté, Eve Chantry m’a attendri, tout comme Mr Timmons. Quant à Mr West, il n’y a pas grand chose à dire sur lui mise à part que c’est un connard fini. Désolé pour l’expression, mais vous verrez, si vous lisez ce livre, que ce personnage n’est qu’un prétexte pour déverser toute la haine que l’on a accumulé au cours de notre lecture.

h

Passons maintenant à l’histoire. J’ai tout simplement adoré découvrir l’amitié entre un jeune blanc et un jeune noir dans les années 60. On parle souvent de la ségrégation et du mouvement pour les droits civiques dans les livres. En revanche, c’est la première fois que je découvre une histoire telle que celle-ci. Certes, le racisme est présent. Mais lorsque les deux enfants deviennent amis, il n’est aucunement question de race. Ils s’apprécient et c’est tout. Ici c’est leur amitié qui est accentuée avant tout le reste. J’ai vraiment adoré les suivre dans leurs aventures. Puis vient le jour où tout bascule. En parallèle de cette histoire d’amitié, Danny nous parle de sa vie en prison. Des gardiens, des autres détenus, de son transfert dans le couloir de la mort, et de sa préparation. Sa préparation à mourir. Rencontrer un prêtre, subir des examens médicaux pour s’assurer qu’il est assez en forme pour mourir, se faire raser la tête pour que le courant passe mieux lorsqu’il sera sur la chaise. Bref, nous vivons les dernières heures d’un homme. Et bon dieu ça prend aux tripes. Je n’ai jamais ressenti ça au cours d’une lecture. Je me sentais oppressée, j’avais le souffle court, j’avais l’impression d’être avec Danny et que j’allais m’asseoir à ses côtés sur la chaise électrique. C’est vraiment morbide ce que je dis, mais je vous assure que c’était une lecture très intense. J’ai refermé ce livre profondément bouleversée. J’imagine que c’est ce qu’on doit ressentir après avoir lu un chef d’oeuvre.

Je sais que tu n’as pas tué Nathan, disaient ses yeux. Je sais que tu n’as pas tué Nathan, que tu ne devrais pas être ici, et que ce qu’ils te font est mal… mais je ne peux rien pour toi. Personne ne peut plus t’aider hormis le gouverneur ou le Seigneur Jésus.

Car oui, c’est un chef d’oeuvre. R.J. Ellory a un talent immense. Comme je le disais un peu plus haut, il rend son livre terriblement réel. On n’arrive plus à détacher la fiction de la réalité. Et ce pour une raison toute simple : le contexte. Les aventures de Daniel et Nathan se déroulent dans les années 60 et rien n’est omis. Kennedy élu Président, la Baie des Cochons, la Crise des missiles de Cuba, Kennedy assassiné, les thèses complotistes, les assassinats de Bobby Kennedy, de Martin Luther King, de Malcolm X, la guerre du Vietnam et tous ces jeunes hommes sacrifiés pour une cause perdue. Bref, l’intrigue est ancrée dans un contexte si réel qu’il est difficile de se dire que tout ceci n’est pas réellement arrivé. C’est juste bluffant. Tout comme l’habilité de l’auteur à nous transmettre des émotions au travers de son récit. Je ne compte même pas le nombre de fois où j’ai pleuré pendant cette lecture! Les moments qui m’ont le plus touché ont été la mort de JFK et bien évidemment la fin du roman. Les 100 dernières pages sont très éprouvantes émotionnellement. Gardez un paquet de mouchoirs à côté de vous, on ne sait jamais. D’ailleurs, mettez vous à l’aise, quand vous atteignez ces 100 dernières pages car vous ne pourrez pas refermer ce livre avant la toute fin, je vous l’assure.

Je crois que je me suis accroché à cet enfant, à l’innocence émerveillée, à la foi en l’humanité, à la certitude que les gens étaient fondamentalement bien intentionnés, et qu’au bout du compte ils opteraient toujours pour le bien, la justice et l’équité. En février, j’ai appris que ce n’était pas le cas.

En résumé, je suis époustouflée par cette lecture. La plume de l’auteur est tout simplement extraordinaire, même addictive. L’intrigue, s’inscrivant dans un contexte historique parfaitement décrit, nous fait passer du rire aux larmes grâce à des personnages aussi sympathiques que touchants. Les 500 pages de ce livre passe à une vitesse folle dans la mesure où on peine à refermer ce livre une fois la lecture débutée. On veut toujours en savoir plus sur les deux amis et sur les événements tragiques qui ont mené Danny dans le couloir de la mort. C’est vraiment un carton plein pour moi. Je n’ai aucun point négatif à formuler. Même la première de couverture est attirante! Non vraiment, c’est un chef d’oeuvre que je conseille à tous.

Note : 20/20
Résultat de recherche d'images pour "racism America gif tumblr"

Les gens erraient dans les rues, brisés comme des poupées de paille. Je crois que je ne m’étais jamais vraiment rendu compte à quel point Greenleaf était divisée. Le chemin que j’avais si souvent emprunté avec Nathan Verney pour aller au lac était en fait la ligne de démarcation entre Blancs et gens de couleur. […] Mais ce jour-là, c’était différent.
Kennedy avait un jour dit : Il n’y a pas de stèles blanches ou de couleur dans les cimetières militaires.
Et c’était l’impression qu’on avait ce 22 novembre. Aucune division entre Blancs et Noirs dans notre chagrin.

Innocenti – Eric Descamps

Résumé :

« Paris, le 13 janvier 2013.
Au cours de la manifestation contre le mariage pour tous, six femmes s’écroulent, et meurent dans les minutes qui suivent, saignées à blanc. Hantée par l’idée d’un attentat politique, la police mène une enquête dans la plus grande discrétion. Rien ne relie les victimes les unes aux autres, si ce n’est que chacune est enceinte de son premier enfant. Deux semaines plus tard, durant la manifestation en faveur du mariage pour tous, d’autres femmes meurent, laissant les enquêteurs sans la moindre piste. »

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à dire un grand merci à l’auteur Eric Descamps qui m’a proposé de m’envoyer son livre en format ePub!

Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Vincent Ghuesquières, un informaticien en mission à Paris. Il travaille au sein d’une entreprise qui a développé un logiciel appelé Crowdscan. Ce logiciel, relié à toutes les caméras de la ville, permet de repérer et de suivre n’importe quel individu. La mission de Vincent consiste à former un des policiers, Juste Bramans, à l’utilisation de cet outil. Rien de très exaltant! Seulement, le 13 janvier 2013, à la suite de la manifestation contre le mariage pour tous, sa mission va connaître un regain d’intérêt…
En effet, lors de cette manifestation, six femmes se sont brutalement écroulées. Elles sont toutes mortes subitement. Leur point commun ? Elles étaient toutes enceintes de leur premier enfant. Vous imaginez donc toute l’agitation qui suit ces événements. Des renforts arrivent et parmi eux, Guillon, un inspecteur de la cellule anti-terroriste. Toutes les pistes sont donc envisagées.
Deux semaines plus tard, lors d’une nouvelle manifestation, cette fois-ci en faveur du mariage pour tous, de nouvelles victimes sont recensées. Une nouvelle fois, ce sont des femmes enceintes de leur premier enfant. Une simple récidive me direz-vous. Oui. Mais non. La mort d’une de ces jeunes femmes va littéralement faire exploser la vie de Vincent en dizaines de morceaux et le pousser à s’impliquer plus que de raison dans cette enquête…

Afficher l'image d'origine

Même si le thriller n’est pas mon genre littéraire de prédilection, j’avoue que ce livre m’a tout de suite intriguée. En lisant le résumé et avec tout ce qui se passe en ce moment, on n’a aucune peine à s’imaginer que ce genre de scénario puisse se réaliser. C’est pour cela que j’étais très pressée de découvrir ce livre, et je n’ai pas été déçue!

Un soir, au détour d’une rencontre dans une brasserie, Vincent s’était retrouvé pris dans le regard de la jeune femme comme un animal dans la phares d’une voiture.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, je l’ai vraiment appréciée. Le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin, c’est difficile de s’arrêter de lire, on veut toujours savoir ce qui va se passer ensuite. Il y a beaucoup de rebondissements qui donnent un vrai rythme au roman. Il n’y a aucuns passages à vide, on ne s’ennuie pas une seule seconde. De plus, on est captivé par la recherche du coupable. On étudie chaque personnage avec minutie pour essayer de les cerner complètement. En gros, j’ai compris qui était le suspect au bout de la 200e page. Et encore, l’auteur glisse beaucoup de petits éléments qui remettent sans cesse en question notre opinion. On se dit « Non, ce n’est pas possible. Mais si c’est évident. Oui mais d’un côté… » On doute beaucoup, et rien que pour cela je crois que l’auteur a réussi son pari.
Un des éléments de l’histoire qui m’a particulièrement plu, c’est le logiciel Crowdscan. Evidemment, c’est assez inquiétant de se dire qu’une intelligence artificielle puisse surveiller nos moindres faits et gestes, ça a un petit côté Big Brother is watching you. Mais plus que George Orwell, ce logiciel m’a surtout rappelé La Machine dans la série Person of Interest. C’est une série que j’adore, donc évidemment, Crowdscan a captivé toute mon attention !

Afficher l'image d'origine
Une des caractéristiques de ce thriller est qu’il est tout de même très noir. La mort de toutes ces femmes est particulièrement violente et macabre. Mais c’est surtout la psychologie de certains personnages qui rend ce livre si sordide. Surtout la fin que j’ai, je l’avoue, trouvé assez effrayante. On se demande si des gens aussi tordus peuvent exister dans la réalité, et la réponse est sûrement oui. Enfin bref, ce livre est assez dur psychologiquement donc, âmes sensibles, s’abstenir.

En revanche, en ce qui concerne les personnages, je ne les ai pas particulièrement trouvé très attachants. En fait, toute notre sympathie va aux victimes et il ne reste plus rien pour les vivants. Vincent est le personnage principal de ce livre, mais au final on ressort de cette lecture sans en avoir beaucoup appris sur lui. Mis à part qu’il est informaticien, qu’il est belge et que sa fiancée s’appelle Alice, on ne sait pas grand chose. Et c’est un peu dommage car je pense que c’est ce qui nous empêche de s’attacher réellement à lui.
Son chef, Milos, m’a intrigué du début à la fin. Il ne m’inspirait rien de bon, je ne sais pas vraiment pourquoi mais il avait quelque chose de louche. Du coup, ce n’est pas un personnage que j’ai apprécié. Même ressenti pour LeFoll et Guillon, les deux inspecteurs venus en renfort. Je les ai trouvé très antipathique et assez violent envers Vincent, qui venait tout de même de perdre un être cher. Le seul qui relève un peu le niveau est Juste Bramans. A certains moments il laisse transparaître un côté très paternel envers Vincent, donc il apparaît un peu plus sympathique aux yeux du lecteur.
Enfin concernant Laura, mon avis reste très mitigé et surtout très partagé!

Vincent et elle se parlaient depuis à peine quelques secondes et Audrey donnait l’impression de planer bien plus haut que le dernier étage.

Parlons maintenant de quelque chose qui n’est pas en relation directe avec le livre : c’était ma première lecture de roman en version numérique (jusqu’à maintenant je n’avais tenté que les BD). J’avoue que je ne suis pas convaincue. Oui, c’est pratique d’avoir son livre partout avec soi, sans craindre de l’abîmer dans son sac. Mais mon dieu, ça donne mal à la tête! J’avais vraiment besoin de faire des petites pauses de temps en temps. Donc je crois que je peux dire très clairement que le livre papier est irremplaçable pour moi!

En résumé, voici un très bon thriller que je vous recommande si vous aimez les livres très poussés sur la psychologie et son côté macabre chez certaines personnes. En revanche, ne vous attendez pas à vous pouvoir vous raccrocher aux personnages pour suivre l’intrigue, vous ne pourrez compter que sur vous-mêmes et sur vos doutes!

Note : 16/20
Afficher l'image d'origine

Il lui communiqua rapidement le numéro de son nouveau portable- un appareil « qui ne sert qu’à téléphoner » muni d’une carte prépayée, ce qui à l’échelle de l’informaticien s’apparentait à la conduite d’une voiture montée sur quatre roues de vélo – et lui demanda de l’appeler dès que possible.

L’ombre de Gray Mountain – John Grisham

Couverture L'ombre de Gray Mountain

Résumé :

« New York, 2008. La carrière de Samantha Kofer dans un grand cabinet d’avocats de Wall Street est sur des rails dorés… Mais la récession frappe. La jeune femme se retrouve congédiée du jour au lendemain. Samantha a toutefois de la chance dans son malheur : si elle accepte de travailler gratuitement pendant un an dans un centre d’aide juridique, elle pourra peut-être réintégrer sa place.
En quelques jours, Samantha quitte donc Manhattan pour s’installer à Brady, en Virginie, une petite ville minière au cœur des Appalaches. Mattie Wyatt, la directrice du centre, va lui montrer comment aider « les vraies gens ayant de vrais problèmes ». Pour la première fois dans sa carrière d’avocate, Samantha va préparer un procès, connaître la violence des salles d’audience, recevoir des menaces. Elle apprendra également que Brady, sous la coupe des compagnies minières, cache de lourds secrets. Le danger est partout. »

Mon avis :

Ma maman est une grande fan de John Grisham, elle se précipite toujours en librairie dès qu’un de ses livres sort. Alors je me suis dit qu’il était temps de découvrir pourquoi elle aimait autant cet auteur, même si le thriller n’est pas mon genre littéraire de prédilection. Et pourtant… J’ai eu un véritable coup de cœur!

Au début du livre, nous faisons la connaissance de Samantha Kofer, avocate dans un grand cabinet new-yorkais, Scully & Pershing. Mais nous sommes en 2008 et la crise financière bouscule tous les marchés financiers. Samantha, comme la majeure partie de ses collègues, se retrouve sur la sellette.
Ce qui devait arriver, arriva. Samantha se retrouve sans emploi. Mais la société lui promet de la reprendre dans douze mois, si en attendant elle accepte de travailler bénévolement pour des associations ou autre cabinets de petits patelins. Bien qu’hésitante, la jeune femme entame les démarches mais ne reçoit que des réponses négatives… Jusqu’où jour où Mattie, avocate à Brady, une petite ville de Virginie, l’appelle pour lui dire que sa candidature a été retenue et qu’elle est donc acceptée en tant que stagiaire bénévole. Bien que peu enchantée, Samantha s’y rend.

Je ne sais pas encore quoi penser, Mattie, en toute honnêteté. Il y a un mois, je me battais pour être la meilleure, je luttais contre moi, contre les autres, quitte à jouer des coudes. J’avais l’impression que ça avait un sens à l’époque, même si, à présent, je suis incapable de dire ce que je cherchais au juste.

Une fois arrivée à Brady, elle va y faire la connaissance de Mattie Wyatt, sa collègue Annette et surtout son neveu Donovan Gray. Ce dernier est un avocat qui n’a pas froid aux yeux. Il s’attaque aux grandes compagnies minières qui sévissent dans la région et qui détruisent une à une les montages de Virginie, dans le seul but de faire un maximum de profit.

Lorsqu’elle commence à travailler aux côtés de Mattie et Annette, Samantha découvre qu’à New-York les gens sont un peu trop déconnectés de la vie réelle. Elle se rend compte que son travail « d’avocate » pour de gros clients, lui avait fait oublié les vrais problèmes. Tout cela va la bouleverser. Son séjour à Brady s’annonçait donc très prometteur et enrichissant, aussi bien du point de vu culturel que personnel.

This is mountaintop removal coal mining.It poisons water.It impacts our health.It destroys mountains.All for the dirtiest source of energy on the planet.There is another way.– Watch the video and take action!

Comme je vous l’ai dit dans mon introduction, j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre. J’ai adoré du début à la fin. Je me suis tout de suite attaché au personnage de Samantha. Cette jeune femme qui perd tout du jour au lendemain pour des raisons qui la dépasse terriblement. Elle espérait tellement de son travail. Elle rêvait d’une carrière brillante mais la crise a subitement bouleversée ses projets. Je l’ai trouvé touchante au début. Et au fil du livre j’ai été impressionnée par l’évolution de son personnage. Elle devient forte, se forge un caractère, n’est plus une simple citadine. Elle redescend sur terre, réapprend les simples plaisirs de la vie. Mais surtout elle revient aux bases de son travail : la plaidoirie, la défense de pauvres gens. Sincèrement, à la fin du livre Samantha m’a bluffée.

Trent Fuller ne s’en serait jamais pris comme ça à des avocats d’un autre grand cabinet. Il avait joué les gros durs parce qu’il avait à faire à deux femmes, deux avocates mal payées d’un centre d’aide juridique, représentant un mineur mourant. Il pouvait se lâcher sans risque.

Afficher l'image d'origine

J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Wyatt. Elle n’a pas vécue que des choses faciles dans sa vie et pourtant elle continue à consacrer sa vie à aider celle des autres. C’est une femme forte, qui a certes ses faiblesses, mais qui fait tout pour ses clients et surtout pour faire accepter sa place de femme dans un milieu viril.
Je suis un peu plus mitigée pour Annette, mais en même temps je ne suis pas sûre que l’auteur voulait la rendre appréciable. Elle est assez imbue de sa personne et pense qu’elle peut traiter Samantha de n’importe quelle façon sous prétexte qu’elle est stagiaire. J’ai eu un peu de mal avec elle…

En ce qui concerne Donovan, je dois dire que je suis fan de son personnage! C’est un homme de conviction et de principes. Les crimes ne doivent pas rester impunis. Peu importe si ce sont des compagnies minières qui peuvent engager des avocats très talentueux et soudoyer bon nombre de juges. Sa détermination m’a impressionnée. Et j’avoue que j’aurai aimé que son personnage soit un peu plus présent dans le livre…
J’ai bien aimé son frère Jeff aussi, qu’on découvre surtout dans la dernière partie du livre. Mais je pense qu’on n’a pas trop le temps de s’attacher à lui autant que l’on peut le faire avec Donovan. En tout cas, c’est un personnage très sympathique.

Les clients du centre où Samantha est stagiaire m’ont aussi beaucoup touchés, particulièrement Buddy Ryzer et Pamela. Leur histoire est tellement émouvante et tragique qu’on ne peut que les apprécier. D’autres clients sont aussi assez épiques, dont les enfants de Madame Crump.

Voilà pour les personnages. En ce qui concerne l’histoire, j’ai vraiment adoré. Il y a des rebondissements tout le temps, on ne s’ennuie jamais. J’ai été captivée par ma lecture. On passe du rire aux larmes et c’est ça qui rend le livre vraiment intéressant! (Car oui, encore une fois j’ai versée ma petite larme…)
Il y a un point qui est particulièrement appréciable : c’est le fait que ce thriller est très très très instructif. On apprend énormément de choses sur les mines à ciel ouvert et la manière d’extraire le charbon. Mais ce n’est pas ennuyant comme on pourrait l’imaginer. C’est introduit d’une façon très subtile, dans une simple conservation, et du coup ça ne coupe pas le récit. Ce livre est vraiment intéressant de par sa richesse intellectuelle.

Pour le style de l’auteur, je dirais qu’il est vraiment fluide. On prend plaisir à tourner les pages et on a même hâte de lire la suite. Je commence à comprendre pourquoi ma maman aime tant cet auteur! Je retenterais volontiers l’expérience avec un autre de ses thrillers.

La seule critique que je pourrais faire, c’est que ce livre mériterait sûrement un tome deux. Je ne dis pas que la fin ne nous donne pas les explications qu’on espérait, bien sûr que si. Mais j’aurais aimé une suite, car évidemment, les affaires prennent du temps au tribunal, et on laisse dans certains clients (même si leur cas n’est primordial) en suspend. On ne sait pas ce qu’ils deviennent et c’est peut-être un peu dommage. Mais bon, le livre n’en est pas moins appréciable. Je vous le conseille vivement!

Note : 19/20
Afficher l'image d'origine

– Un gars ? Il te plaît ?
– Il est marié.
– Parfait. Je n’ai aucune envie que tu t’amouraches d’un cul-terreux.

Qui veut tuer Britney ? – Sean Olin

Couverture Qui veut tuer Britney ?

Résumé :

« Britney est populaire, blonde, belle et fragile. Elle sort avec Ricky, le brillant hockeyeur de l’équipe, qui l’adore. Lorsqu’il meurt assassiné, l’univers de Britney vole en éclats. Cette mort lui remémore la disparition tragique de sa mère quelques années plus tôt. Quand un autre de ses proches est tué, Britney vacille : à qui le tour ? Son entourage et l’inspectrice chargée de l’enquête commencent à s’inquiéter : Britney supportera-t-elle ce nouveau coup du sort ? Et surtout, si c’était elle la véritable cible du tueur ? »

Mon avis :

Britney Johnson est une « femme de hockeyeurs » ; c’est ainsi qu’elle et ses amies se surnomment. Elle fait partie de ces filles populaires que tout le monde envie. Pourtant elle n’est pas vraiment heureuse. Dès les premières pages on comprend que quelque chose ne tourne pas rond : Britney a tout pour être heureuse, et pourtant elle est très loin du bonheur. C’est alors que sa vie va basculer quand son petit ami Ricky est assassiné, un soir de victoire de match. Les drames vont ensuite s’enchaîner dans la petite ville, d’habitude si paisible, du Wisconsin.

Je dois dire que je suis un peu déçue de cette lecture. J’avais lu des commentaires positifs sur ce roman, et je m’attendais donc à un thriller saisissant et plein de suspens. Mais malheureusement le suspens était loin d’être au rendez-vous.

Première déception : je ne me suis pas du tout attachée aux divers personnages. Les « femmes de hockeyeurs » sont horripilantes à souhait, parmi elles, Britney, qui est assez difficile à cerner et très lunatique. De plus, elle se fait trop passer pour une victime. Par exemple, quand son petit ami se fait tuer, elle est tout de suite persuadée que c’est elle qu’on a voulu tuer, elle s’apitoie trop sur son sort et c’est pour ça que je n’ai pas appréciée son personnage. Et puis, elle est un peu « spéciale », on sent bien qu’elle n’a pas toute sa tête.

On rencontre aussi Adam et Bobby, deux garçons qui semblent tomber amoureux de chaque fille qui leur adresse la parole, c’est assez déroutant. Enfin Mélissa qui a l’air de jouer un double-jeu, alors qu’en fait… il n’en est rien.

Seconde déception, le livre est trop court, trop succinct. Je pense que je l’aurais davantage apprécié si tout était plus développé. Là on survole vraiment l’action, le suspens, l’enquête policière. On n’a pas vraiment le temps de faire connaissance avec les personnages, ni le temps de se familiariser avec l’environnement, l’atmosphère du livre.
Je pense aussi que le dénouement de ce thriller est un peu trop évident. Enfin, personnellement, j’avais vite compris qui était à l’origine de tous ces drames!

Bien que rien ne lui eût été volé, elle avait le sentiment d’avoir perdu quelque chose, de ne plus être en sécurité nulle part, même pas dans sa propre peau. 

Quelque chose m’a un peu dérangé aussi. Ce livre est censée être un thriller jeunesse, or la description des meurtres est assez détaillée et plutôt glauque… Je ne suis pas sûre que de jeunes ados supportent la description d’un corps entier déchiqueté…

Bon, ma chronique est assez négative mais ce livre n’est quand même si mauvais que ça. Il se lit vite, il n’y aucune difficulté de lecture, il est assez divertissant et c’est assez sympathique d’essayer de comprendre qui est à l’origine de tous ces meurtres!

Bref, ce livre ne restera pas gravé dans ma mémoire. Il est « moyen », je ne vous le conseille pas forcément.

Note : 13/20
How-To-Get-Away-With-Murder-GIF

Elle se sentait tétanisée, incapable de bouger, dans l’attente interminable que son tortionnaire la retrouve. Elle n’avait aucune issue. Elle devait lutter pour ne pas se laisser anéantir par la peur. C’était tout ce qu’elle pouvait faire maintenant. 

King’s Game – Nobuaki Kanazawa

Résumé :

« Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un “King’s Game ». Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l’évidence : ils ont 24 heures pour s’exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort.
Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ? »

Mon avis :

Ce livre nous raconte l’histoire d’une classe de 32 élèves qui va participer, malgré elle, au jeu du roi.

Toute votre classe participe à un jeu du roi. Les ordres sont absolus et doivent être exécutés sous 24 heures. Aucun abandon ne sera toléré.

Sur la première de couverture on peut lire : « 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort ». Ce sont ces mots qui m’ont donné envie de le lire. Je m’attendais à de l’action, à du suspens, de la peur, de la souffrance… Bon. On ne peut pas dire que ce livre ait répondu à mes attentes! Certes, il y a bien le jeu du roi, des ordres, des sanctions. Mais le style de l’écriture ne permet pas au lecteur de se fondre dans l’ambiance. Les mots utilisés sont trop simples (au niveau de l’écriture, on dirait presque une fiction comme celles que les ados écrivent) et la logique… on a du mal à la trouver parfois. Par exemple, quand un des élèves est en train de mourir, Nobuaki ne trouve rien d’autre à lui dire que « Alors, tu sortais vraiment avec K. ? »

tumblr_lwg6l5kkrI1qzjix8
Autre chose que je n’ai pas trop apprécié, c’est le fait que les pensées des personnages soient écrites en italiques. Je trouve qu’on a du mal à s’y retrouver parfois. On ne sait plus qui parle, qui pense. L’expression des sentiments de Nobuaki m’a aussi dérangé. Vu que c’est écrit assez simplement, on a presque l’impression qu’il relativise ou alors que ça ne le touche pas vraiment. Je ne me suis donc pas attaché à ce personnage. En revanche, j’ai bien aimé celui de Ria. Elle est plus mystérieuse, plus renfermée. Bref, elle apporte un peu de complexité à ce livre qui en manque cruellement!

Malgré tout, j’ai apprécié ce livre, pour son histoire qui reste quand même captivante (on veut savoir qui va ou ne va pas mourir et surtout on veut savoir qui est le roi). Je trouve qu’il y a un petit côté Pretty Little Liars. Je pense lire le deuxième tome car la fin de ce livre laisse un peu perplexe! Je pense aussi lire les mangas, peut-être qu’ils me plairont un peu plus.

Bref, j’ai lu ce livre en 2 jours, j’ai passé un bon moment de lecture même si j’ai été un peu déçue (je m’attendais trop à un chef d’oeuvre je crois).

Avoir quelque chose à protéger, c’est une faiblesse, c’est douloureux.

Note : 14/20
tumblr_lwdw1cRtyg1qdyvvz

Haine, ignominie, jalousie, lamentations, désir, trahison. La véritable nature humaine se dévoile quand on est dos au mur. Notre vraie valeur est mise en question.