All Time Readings

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." – Jules Renard

Catégorie: Sagas

Les Chevaliers d’Émeraude, tome 9 : L’Héritage de Danalieth – Anne Robillard

Couverture Les Chevaliers d'Émeraude, tome 09 : L'Héritage de Danalieth

Résumé :

« Assailli par les armées impériales, Wellan doit envoyer ses hommes sur plusieurs fronts. Le nouveau Roi d’Émeraude lui propose une des armes interdites que le dieu Danalieth a léguées aux humains pour se protéger. C’est un cadeau difficile à refuser…
Tandis qu’ils défendent le Royaume des Elfes, les Chevaliers capturent une curieuse créature bleue, ignorant ses véritables desseins. Désireux de venir en aide à son père, Dylan apprend une nouvelle façon de capter les mouvements d’énergie. Mais lorsqu’il s’en sert pour la première fois, il se heurte à la résistance d’une jeune fille qui changera à jamais le cours de son destin…
Et contre toute attente, la prédiction d’Elund au sujet du retour d’un héros se réalise. Mais ce grand guerrier n’arrive-t-il pas trop tard ? »

Mon avis :

Voilà un petit bout de temps que j’avais envie de me replonger dans les Chevaliers d’Émeraude. Cela faisait quasiment un an que j’avais lu le tome 8 et honnêtement, mes héros commençaient à me manquer! Avec les partenariats et les œuvres que je devais lire pour les cours, j’ai du repousser ma lecture du tome 9. Le plaisir des retrouvailles n’en fut que décuplé…

Résultat de recherche d'images pour "knight battle gif tumblr"

Dans le tome précédent, je me souviens que l’action se concentrait sur Jenifael, Liam et Lassa. Il n’y avait pas eu énormément de batailles et on suivait surtout la vie des Chevaliers au château. Ce tome neuf est complètement l’inverse. En effet, l’empereur Amecareth envoie une nouvelle salve de combattants sur Enkidiev. Les affrontements sont rudes pour les Chevaliers comme pour les écuyers qui, bien qu’ils ne participent pas directement au combat, doivent rester constamment sur leurs gardes. Les nouveaux ennemis ont un comportement assez particulier : il creuse des galeries souterraines et n’en sortent plus. Wellan et ses acolytes se retrouveront face à une situation inédite qu’ils auront du mal à gérer. Difficile de rester motivé quand on fixe le sol pendant des heures en attendant qu’un scarabée assoiffé de sang sorte de sa cachette… Mais les Chevaliers vont avoir d’autres surprises. Leur nouveau roi est assez unique dans son genre et plutôt déroutant. Comme si tout cela n’était pas encore assez compliqué, les Chevaliers doivent faire face à l’attaque de Stellan, un dragon au service d’Amecareth, et à l’apparition de Miyaji, un être à la peau bleu qui va vite trouver grâce aux yeux de Derek. Dans ce tome 9, les Chevaliers d’Émeraude n’auront aucun répit.

Danalieth avait connu une fin tragique, mais il avait vécu la vie dont il avait rêvé. Onyx l’avait toujours envié pour cette raison.

Dans ma chronique du tome précédent, je vous avais dit qu’espacer mes lectures de cette saga avait ses avantages et ses inconvénients. L’avantage étant, bien sûr, que je retarde ma lecture du dernier tome et donc que je profite encore quelques temps de la compagnie de mes héros préférés. L’inconvénient majeur est que j’oublie certains détails. Pour être honnête, lorsque j’ai débuté ce tome 9, j’avais oublié plusieurs petits détails et j’ai mis un certain temps avant de reprendre le fil de l’histoire. Heureusement, Anne Robillard présente un résumé rapide de toute la saga au début du livre et réexplique parfois certaines choses au coeur même de l’histoire. Pour mon cas, c’était clairement très utile!

J’ai beaucoup aimé ce tome. Certes, il ne restera pas comme l’un de mes préférés, mais il m’a quand même fait passer un superbe moment de lecture. C’est dingue de se dire qu’après neuf tomes, je n’ai jamais été déçue par une saga, que j’ai toujours autant de plaisir à retrouver ses personnages! Car oui, comme toujours, ce sont eux les points forts de l’histoire. Si le tome précédent se concentrait sur les enfants que sont Jenifael, Liam et Lassa, ce tome-ci s’intéresse aux Chevaliers en général. Bien sûr, Wellan est toujours très présent, c’est lui qu’on voit le plus. Après tout, c’est leur chef (et c’est l’homme parfait aussi) donc c’est bien normal. Wanda est fort présente au début du livre. Souvenez-vous, dans le tome précédent, son fils avait été gravement blessé et si son mari, Falcon, a décidé de repartir sur le champ de bataille, elle a préféré rester au château. Elle y passe beaucoup de temps avec Amayelle, la femme de Nogait. On s’intéresse également à Ariane et son mari, le capitaine Kardey. J’avoue que je ne m’attendais pas à ce retournement de situation en ce qui les concerne et je ne savais plus si je devais rire ou pleurer! Ariane ne le sait pas non plus d’ailleurs. Evidemment, on retrouve d’autres personnages inévitables comme Kevin, Liam, Chloé, Dempsey, Jasson, Bergeau, Kerns, j’en passe et des meilleurs! J’ai également apprécié le fait que Derek prenne une place un peu plus importante dans ce tome et que son destin soit lié à celui d’un nouveau personnage : Miyaji. Je me suis tout de suite attachée à elle, je ne lui prêtais que des intentions louables. Cependant, après ce qui s’est passé dans les dernières pages du livre, je ne sais plus trop quoi penser d’elle. J’espère qu’elle ne me décevra pas par la suite!

Résultat de recherche d'images pour "dragon gif tumblr"

Quand je relis mon paragraphe précédent, je me dis que c’est juste dingue le nombre de personnages qu’il y a. Pourtant, je ne me mélange pas les pinceaux, je sais qui est qui, qui a épousé qui etc. Ils sont tous tellement uniques, on s’attache à chacun d’eux individuellement et dès qu’il leur arrive quelque chose on est tout de suite bouleversé et surtout on se demande comment leur conjoint où leurs amis les plus proches vont réagir. Les Chevaliers d’Émeraude, c’est une grande famille. Quand on aime cette saga, on a réellement l’impression de faire partie de cette famille. Les Chevaliers des quatrième et cinquième génération ont une place moins importante, mais je ne doute pas que dans les tomes suivants, leurs personnages vont évoluer! En revanche, si j’ai juste un petit regret à formuler, je dirais que Swan n’est pas assez présente! Swan, c’est mon héroïne, c’est le personnage qui m’inspire le plus! Dans ce tome, on ne la voit que lorsqu’elle s’inquiète pour son mari…

– Ce ne sont pas toutes les femmes qui participent à la guerre, uniquement celles qui sont des Chevaliers d’Emeraude, se défendit Wanda.
– Vous en avez fait des Chevaliers ?
Son visage n’exprimait pas l’arrogance, mais l’incompréhension.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, elle est vraiment palpitante! Autant dans le tome précédent, c’était un peu plus calme, on s’intéressait surtout à la vie au château, autant ici, les batailles s’enchaînent, toutes plus épiques les unes que les autres. C’était la première fois qu’il y avait autant de blessés parmi les Chevaliers et c’est de plus en plus éprouvant pour mes nerfs! J’ai même versé ma petite larme quand un de mes héros préférés a failli y passer. On sent bien que les combats se font plus rudes et que, même s’ils sont super-entraînés, nos Chevaliers ne vont pas tous s’en sortir. On dirait qu’Anne Robillard nous prépare pour la suite, pour la mort de certains personnages et JE NE SUIS PAS PRÊTE DU TOUT, OK ? Je sens que la fin de cette saga va être dure à supporter!

En résumé, ce neuvième tome des Chevaliers d’Émeraude s’est révélé riche en suspens, en batailles épiques et en émotions. J’ai toujours autant de plaisir à retrouver les combattants d’Enkidiev et je me demande si je ne vais pas lire le tome 10 très prochainement (celui-ci se terminant sur un suspens quasi-insoutenable). Le style d’écriture est toujours aussi génial, les personnages sont toujours aussi attachants et l’histoire toujours aussi captivante! Ce tome a vraiment répondu à mes attentes.

Note : 19/20
Résultat de recherche d'images pour "lotr battle gif tumblr"

– L’ennemi est si sournois…
– Mais nous sommes plus intelligents que lui. Rappelle-toi ce que nous disait Elund : le Bien finit toujours par triompher à la fin. Je ne peux pas garantir que certains d’entre nous ne perdront pas la vie durant cette guerre. Les dieux en décideront.

Les Chevaliers d’Émeraude, tome 8 : Les Dieux déchus – Anne Robillard

Résumé :

« Au moment d’attribuer les nouveaux écuyers à leurs maîtres, Wellan s’aperçoit non seulement qu’il n’y a pas suffisamment de Chevaliers, mais que plusieurs d’entre eux ont déjà des apprentis. Afin de lui venir en aide, Jenifael, Lassa et Liam utilisent un vieux sortilège qui perturbera grandement la vie des habitants du château. Les Chevaliers se remettent à peine de toute l’agitation causée par nos jeunes étourdis lorsqu’ils doivent soudainement affronter un nouvel ennemi en provenance du ciel. Pourront-ils se défendre contre les dieux déchus ? Pour sa part, sous prétexte de revoir son village, Onyx accepte d’y conduire la famille de Sutton, qui désire s’y installer. En réalité, le renégat veut mettre la main sur un instrument de pouvoir caché par la déesse Cinn dans la partie la plus méridionale du royaume. Mais sera-t-il assez fort pour le maîtriser ? Au même moment, guidées par Asbeth, les troupes de l’Empereur Noir réussissent à se rendre jusqu’au Château d’Émeraude… »

Mon avis :

Comme je vous l’avais dit dans ma précédente chronique des Chevaliers d’Émeraude, j’aime beaucoup cette série et j’y suis très attachée. Je préfère donc espacer mes lectures pour bien profiter de chaque tome sans avoir peur de me lasser et surtout, je retarde l’échéance que marquera la fin de cette saga! C’est donc avec un plaisir intact que je me suis lancée dans ce tome 8…

Afficher l'image d'origine

Rappelez vous dans le livre précédent, le sorcier Asbeth avait franchi une nouvelle étape dans sa guerre contre les chevaliers d’Émeraude : il avait enlevé l’un des leurs, Kevin, pour l’empoisonner et ainsi le transformer en insecte. A la fin, nous savions qu’il n’était pas guéri malgré les nombreuses tentatives. Le suspens restait donc entier et l’avenir de Kevin était plus que flou… Dans ce huitième tome, il faut attendre une bonne soixantaine de pages avant d’avoir de ses nouvelles! En effet, bien que devenu un personnage majeur dans la saga, l’action ne se concentre pas sur lui mais bel et bien sur les nouveaux dangers qui menacent Enkidiev mais aussi sur les enfants comme Jenifael, Liam ou Lassa, qui ont atteint l’âge requis pour devenir écuyer. Cependant, les écuyers actuels sont loin d’avoir fini leur éducation. Certains chevaliers sont donc déjà pris et il n’en reste plus assez pour prendre en charge la totalité des élèves. La fille de Wellan, le porteur de lumière et le fils de Jasson décident donc de tenter le tout pour le tout, et vont même jusqu’à utiliser la magie pour parvenir à leur fin. Évidemment, le résultat escompté n’est pas là, en revanche un phénomène étrange vient troubler la quiétude du château. Wellan et ses compagnons vont donc devoir trouver une solution à ce problème tout en restant vigilant aux attaques ennemies. Ce tome est également marqué par la venue au château de la famille de Sage, par la découverte de lourds secrets sur un allié d’antan et par les agissements de Farrell qui mettra en avant sa part d’Onyx pour le bien de tous…

– Lassa est un garçon très impressionnable qui se fige lorsqu’on lève le ton, lui rappela Farrell.
– Je ne suis pas un monstre, tout de même.
– Mais vous n’êtes pas le plus patient des hommes, non plus.

Une des particularités que j’aime beaucoup dans la saga des Chevaliers d’Émeraude est que la vie au château et la vie personnelle des soldats n’est pas mis de côtés. C’est-à-dire qu’un tome entier peut contenir très peu de combats et rester tout de même très intéressant. C’est le cas de celui-ci! En effet, il n’y a que très peu de combats entre les Chevaliers d’Emeraude et les soldats de l’empereur Amecareth. La première partie du livre se concentre sur Jenifael, Lassa et Liam qui cherchent désespérément un moyen de devenir écuyer, sur Hawke qui commence à se questionner sur ses sentiments, et sur un événement tragique qui vient frapper le château. Nous suivons également Wellan, qui doit résoudre tout un tas de problèmes, et Farrell. En bref, nous en apprenons toujours un peu plus sur nos chevaliers préférés et cela, je pense, contribue au succès de cette saga. Grâce à cela, on arrive à bien se projeter dans cet univers. La description des paysages, de l’ambiance, mais aussi des chevaliers sur le plan physique comme psychique, nous aide à véritablement nous intégrer dans ce monde à part. Lorsqu’on lit un tome de cette saga, on a l’impression de vivre sur Enkidiev et c’est cela qui rend la lecture si magique.

« Tout est normal chez moi, assura Bergeau. Kiefer plaque régulièrement ses sœurs au plafond et ma petite pleure parce qu’elle perce ses dents. » Wellan releva un sourcil. Cela ne correspondait pas à sa définition de la normalité.

Plus particulièrement dans ce tome, j’ai apprécié les interactions entre enfants et adultes. Auparavant, on ne connaissait pas les petits avant qu’ils deviennent écuyers, Kira mise à part, tandis qu’ici, nous connaissions déjà certains d’entre eux. J’ai toujours trouvé qu’ils apportaient un petit plus à cette saga puisqu’ils sont candides et fragiles, contrairement à leurs aînés. Les Chevaliers de la première génération commençant à se faire un peu « vieux », les enfants apportent un élément de fraîcheur qui empêche l’essoufflement de la saga.
En fait, le gros avantage de cette série de livres, c’est le renouveau. Il y a toujours des retournements de situation inattendus et surtout il n’y a pas un tome qui ressemble à un autre. On pourrait croire que tous les livres se résument à la même chose, il y a des ennemis, les chevaliers vont les combattre, fin. Mais pas du tout! Même les combats ne se ressemblent pas d’un livre à l’autre. Il y a toujours un petit élément nouveau, que ce soit un nouvel arrivant parmi les chevaliers ou un nouvel ennemi.

Afficher l'image d'origine

Espacer mes lectures pour retarder l’échéance que va marquer le 12e tome a ses avantages, comme ses inconvénients. En effet, il m’arrive d’oublier certains détails et parfois je dois me remettre un peu dans le contexte pour comprendre (l’enfant de Wanda aura une importance dans ce livre, mais j’avais totalement oublié qu’elle en avait eu un…). Il n’empêche que je vais continuer de procéder comme ceci, surtout maintenant qu’il ne me reste que trois tomes 😦 Je n’ai jamais lu une saga aussi longue, ou du moins, je n’ai jamais été au bout. Même pour Harry Potter, je me suis arrêtée au cinquième tome. Cette saga est vraiment particulière pour moi. Elle me suit depuis mon adolescence et n’est prête de me quitter! Je suis véritablement attachée à tous ces personnages  et même après huit tomes je les trouve toujours aussi intéressant. Wellan reste mon « book boyfriend » préféré, Nogait me fait toujours autant rire, Dempsey et Chloé sont toujours aussi adorables, Santo est toujours aussi attachant,  et Swan… c’est la meilleure de toutes. Elle est aussi forte physiquement que mentalement, elle combat des hommes insectes tout en élevant ses trois enfants et en menant son mari, plus grand sorcier du royaume, à la baguette!

En résumé, c’était mon huitième coup de coeur pour cette saga. Ici, les enfants prennent une importance non négligeable, mais ce n’est pas pour autant que les chevaliers qui ont marqué les premiers tomes passent à la trappe. Au contraire, enfants et adultes apprennent à travailler ensemble pour être plus forts que jamais afin de combattre les troupes de l’empereur et de nouveaux ennemis : les dieux déchus. Le style d’écriture est toujours aussi accessible, fluide et agréable à lire. Le tome se termine sur un suspens quasi-insoutenable et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

Note : 20/20

– Vous m’avez beaucoup impressionné, aujourd’hui, maître.
– Tu seras bientôt en mesure de faire tout ce que je fais, mon petit.

– Mais aurai-je votre grandeur d’âme ?
– Tu auras tes propres qualités et tes propres défauts. Être l’apprenti d’un Chevalier ne veut pas dire devenir semblable à lui, mais d’apprendre grâce à lui. Nous sommes des êtres distincts et c’est ce qui nous différencie des hommes-insectes. Nous avons le droit de manifester notre individualité. Mais si tu devais un jour me ressembler, j’en serais très certainement flatté.


De la même auteure :

Couverture Les Chevaliers d'Émeraude, tome 07 : L'Enlèvement

L’accro du shopping à Hollywood – Sophie Kinsella

Couverture L'accro du shopping à Hollywood

Résumé :

« En s’installant avec sa famille à Los Angeles, Becky s’y voyait déjà : virées shopping avec Victoria Beckham, pauses détox avec Gwyneth Palthrow, play-dates de sa fille Minnie avec les petits Brangelina… Et puis le rêve ultime : devenir styliste pour ses nouvelles amies les stars.
Mais pas si simple de se faire une place sur la A-list quand on n’entre pas dans du triple 0, qu’on ne jure que par le breakfast saucisses-bacon et que la seule star de l’école de Minnie est le hamster mascotte. Quant à ses dons de styliste, disons que Becky les exerce surtout sur elle-même.
Heureusement, quand tout espoir semble perdu, notre Accro du shopping a toujours plus d’un tour dans ses sacs. Notamment ce superbe sac vintage qui pourrait bien lui ouvrir les portes de la gloire. Ou celles de l’enfer…
Car au pays des stars, les apparences sont souvent trompeuses et cette pauvre Becky va comprendre à ses dépens que derrière les paillettes règne un monde sans pitié. »

Mon avis :

J’ai découvert la série de l’Accro du shopping il y a quelques années et j’ai tout de suite adoré. Je crois même que j’ai lu les trois premiers tomes à la vitesse de l’éclair. Je n’ai jamais été déçue par une des aventures de Becky et j’avoue que j’étais super-excitée par la sortie de ce tome car Los Angeles est sûrement LA ville que j’aime le plus au monde. Rebecca Brandon (né Bloomwood) lâchée dans la jungle hollywoodienne : ce tome semblait vraiment très prometteur et je n’ai pas été déçue une seule seconde!
Afficher l'image d'origine

Bien que je ne me souvenais pas de tous les détails du tome précédent, j’avais bien en tête le fait que Becky, son mari et la petite Minnie devait partir à L.A. car Luke avait décroché un contrat avec la célèbre Sage Seymour. Au début de ce livre, nous retrouvons donc notre accro du shopping préférée en pleine découverte de la cité des anges. Comme on pouvait s’en douter, elle est au comble de l’excitation. Le soleil brûlant, Rodeo Drive et Hollywood Boulevard ressemblent bien à la définition du paradis pour elle. Becky, comme à son habitude, flâne dans les magasins et fait des lèche-vitrine tout en restant toujours aux aguets. Qui sait ? Elle croisera peut-être une actrice ou une chanteuse qui remarquerait sa tenue à la pointe de la mode ? Car oui, même si leur installation à Los Angeles n’est que provisoire, Becky veut travailler. Mais pas n’importe où. Car oui, l’accro du shopping n’a pas changé d’un poil depuis le premier tome et rêve toujours de gloire, de paparazzis, de paillettes et de célébrités. Elle va donc tout tenter pour se faire un nom dans ce monde sans pitié qu’est Hollywood et ne reculera devant rien, quitte à parfois en faire un poil trop…

Davantage d’eau de noix de coco ? C’est tellement L.A. Tout dans ce magasin est tellement L.A. Kai lui-même est dynamique et bronzé avec une barbe de trois jours impeccable et un regard turquoise intense qui, à mon avis, doit beaucoup à des lentilles. Il ressemble tant à Jared Leto que je me demande s’il n’est pas allé voir son chirurgien esthétique avec une photo arrachée au magazine US Weekly en disant : « Cette tête-là, s’il vous plaît! »

J’ai été vraiment ravie de retrouver Becky dans ce tome. Comme toujours, j’ai adoré ce petit grain de folie qui la caractérise si bien. Elle a le don pour se mettre dans des situations totalement ubuesques, mais après tout, c’est bien pour ça qu’on l’aime! J’imagine qu’à plusieurs reprises, certaines personnes ont pu la trouver agaçantes. Elle n’en fait toujours qu’à sa tête et ne prend même pas la peine d’écouter les conseils de ses proches. Mais comment peut-on lui en vouloir ? Elle ne pense jamais à mal, elle est juste légèrement superficielle et a un petit côté naïf tellement attachant. Enfin bref, encore une fois j’ai adoré partager ces nouvelles aventures avec elle et j’ai déjà hâte de la retrouver dans le tome suivant.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre, c’est que, malgré le fait que Becky, Luke et Minnie soient partis à Hollywood, on retrouve tous les personnages avec lesquels nous sommes familiers : Suze et Tarkie, qui rendront une petite visite à leurs amis, les parents de Becky, et même Alicia-la-garce-aux-longues-jambes mais shhht, je ne vous en dit pas plus la concernant! En fait, on retrouve tous les ingrédients des tomes précédents et c’est très certainement pour cela que je ne suis jamais déçue. Bien-sûr, il y aura bien un moment où je serais lassée de toujours retrouver les mêmes personnages, mais pour l’instant, c’est loin d’être le cas!

Depuis la mort du grand-père de son mari, elle est devenue lady Cleath-Stuart, ce qui fait très vieux je trouve. Quand on dit « Lady Cleath Stuart », je pense automatiquement à une vieille asperge de quatre-vingt-dix ans agitant une cravache devant le nez des gens en aboyant « Quoi ? Quoi ? ». Evidemment, je n’avouerai jamais ça à Suze.

Les nouveaux personnages tels que Loïs, Jeff ou Bryce nous permettent vraiment de nous plonger dans l’ambiance très particulière qui règnent à Los Angeles. Ils apportent un vrai plus au livre car c’est eux qui vont faire découvrir à Becky le paradis (l’enfer ?) d’Hollywood.
Cependant, si je devais faire une toute petite critique négative sur ce livre, je dirais que c’est dommage de ne pas retrouver Jess. Son nom est à peine mentionné. Certes, on se doute que l’univers des strass et des paillettes est loin de l’intéresser mais tout de même, Becky ne prend jamais de nouvelles de sa sœur ?

Afficher l'image d'origine

Concernant l’histoire en elle-même, elle regroupe comme d’habitude plusieurs petites péripéties car notre accro du shopping va une nouvelle fois devoir faire face à des problèmes familiaux tout en s’épanouissant dans sa carrière professionnelle afin de devenir la nouvelle styliste que tout le monde s’arrache. Evidemment, avec Becky, rien ne se passe jamais comme prévu et le livre est ponctué de nombreux rebondissements, ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais. Certains de ces renversements de situation sont d’ailleurs très inattendus. Enfin, à mon avis! Après, il est possible que je sois comme Becky un peu trop naïve en ce qui concerne toutes ces personnalités hollywoodiennes perfides et prêtes à tout pour créer le buzz!

Une image passe devant mes yeux. Celle d’un fauteuil sur lequel on peut lire : Becky Brandon, costumière et styliste. Si jamais je travaillais dans le cinéma, je resterais toujours assise dedans ou je marcherais avec mon fauteuil collé aux fesses.

Un des aspects qui me plait le plus dans cette série de l’Accro du shopping (et là je fais ressortir mon côté un peu niais désolé), c’est la relation entre Becky et Luke. Dans les chick-lit, généralement, l’histoire se concentre sur les problèmes de cœur de la protagoniste. Ici, je ne dis pas que leur mariage est parfait, que tout va bien entre eux. Il n’empêche qu’à aucun moment ils ne remettent leur couple en question. Ils ont une relation très fusionnelle et malgré toutes ces petites choses qu’ils doivent surmonter, ils restent soudés. D’ailleurs, dans ce tome Becky a le droit à un splendide « Je t’aime » à vous faire pâlir d’envie! Généralement dans les questionnaires de lecteurs, on se demande quel est notre héros ou héroïne de roman préféré ou quelle est notre histoire d’amour préféré. Mais je n’ai jamais vu la question « Quel est votre couple préféré ? ». Et c’est dommage car bon dieu je les aimes tous les deux! Je trouve ce couple vraiment trop adorable. (A quel moment dans ma vie je suis devenue aussi niaise ? Ah oui, j’écris cette chronique en écoutant du Michael Bublé, ça doit venir de là).

Difficile de vous parler de mon ressenti sur la fin de ce livre sans vous spoiler. Tout ce que je peux vous dire c’est que je l’ai trouvé génial, Becky va devoir faire des choix aussi bien dans sa vie privée que professionnelle et on se demande à chaque instant si elle ne va pas changer d’avis. Ce dénouement n’en est pas vraiment un car il y a un petit suspense qui donne vraiment envie de se plonger dans le tome suivant!

En bref, comme toujours avec Sophie Kinsella et son personnage de l’accro du shopping, j’ai accroché à l’histoire et je ne me suis jamais ennuyée. J’ai aimé accompagner Becky dans toutes ses péripéties Hollywoodiennes et j’ai retrouvé avec bonheur les personnages qui ont marqué cette série de livres. Je ne sais pas si c’est le fait que l’action se déroule à Los Angeles où si c’est l’histoire qui a fait cela, mais je crois qu’il s’agit de mon tome préféré de la saga. J’ai hâte que le prochain tome sorte!

Note : 18/20
paradi-ze: credits to whoever made this xx

« J’avais cru comprendre que celui que tu as acheté pendant le week-end était tellement formidable que tu le porterais jusqu’à la fin de tes jours, que ce serait ton image de marque et que les gens e surnommeraient « la fille avec le sac Laura Bohinc » ? »
Incroyable ! On devrait interdire aux maris de mémoriser mot pour mot les conversations de leurs femmes. C’est contre l’esprit du mariage.


De la même auteure :

Couverture Love and the city

Prémonitions, l’intégrale – L.J. Smith

Couverture Prémonitions, intégrale

Résumé :

« Dans son lycée, Kaitlyn a toujours eu le sentiment d’être une étrangère. C’est une artiste, mais avec quelque chose en plus : ce qu’elle dessine se produit un jour ou l’autre…. Tout le monde la prend pour une sorcière. Le jour où elle change d’école, elle fait la connaissance d’autres personnes qui comme elle sont particuliers… Jusqu’au jour où une des expériences d’un de ses camarades crée un lien télépathique entre elle et les autres… Ils vont ainsi se rapprocher et découvrir un secret. Que faire d’un don quand celui-ci est maudit ? »

Mon avis :

J’avais déjà lu 2 livres de L.J. Smith que j’avais beaucoup aimé. C’est donc confiante que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture. Eh bien je dois dire que je ne suis pas du tout déçue!

Le premier tome de Prémonitions est vraiment bien, dans le sens où il nous permet de découvrir les personnages, les pouvoirs de ceux-ci mais aussi d’instaurer des questionnements et des intrigues. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé Kaitlyn, Rob, Anna et Lewis, mais mon personnage préféré reste Gabriel. Dans le premier tome il donne l’impression de n’être qu’un garçon insolent, idiot et dangereusement beau. Il m’a fait pensé à un autre personnage de L.J. Smith : Damon Salvatore du Journal d’un vampire.

D’ailleurs le deuxième tome à été mon préféré car on en apprend beaucoup sur lui. Au moins la moitié du livre lui est consacré. Et malgré ses agissements, il reste mon personnage favori car on se rend compte que s’il fait tout ça, c’est parce qu’il souffre et qu’il a connu pas mal de malheurs dans son enfance.
Dans le troisième tome, on comprend vraiment qui il est et ce qu’il ressent. C’est, d’après moi, le personnage qui évolue le plus dans ces trois livres.

Kaitlyn évolue également beaucoup. Au début on se retrouve face à une fille naïve, faible et sans défense, tandis qu’à la fin elle apprend à se battre tant au niveau des sentiments que du mental. De plus, elle devient maligne, elle élabore des plans pour tout le groupe et développe toute une stratégie. Je préfère d’ailleurs la Kaitlyn du troisième tome que celle du premier.

Quant aux histoires entre Kait, Rob, Gabriel et Anna, je dois dire que je m’y attendais un peu. Ça paraît évident dès le début du livre. En même temps, je pense que j’aurais été déçue si l’histoire s’était finie autrement.

Mais si je devais faire une critique sur ce livre, je dirais que c’est du L.J. Smith tout craché : une fille naïve, deux garçons mystérieux et beaux comme des anges, un triangle amoureux. On retrouve ça dans le journal d’un vampire ou même dans le Cercle Secret. Donc niveau originalité, ce n’est pas trop ça.

Elle avait beau l’aimer tendrement, certaines fois, elle avait envie de lui défoncer le crâne.

Cependant, j’ai bien aimé le fait que les personnages principaux aient des capacités particulières sans pour autant être des monstres surnaturels du genre vampire, loup-garou ou kanima, ça change un peu des autres livres.

Kaitlyn buvait avidement ces sensations, affamée de nuances et de bruits.

Les aventures qu’ils vivent au cours de ces 3 tomes sont assez palpitantes et pleines de rebondissements. Je ne me suis pas du tout ennuyée au cours de ma lecture. J’ai passé un bon moment de lecture sans pour autant avoir eu un coup de cœur! C’est un bon livre certes, mais l’écriture ne nous fait tout de même pas rêver. SAUF à un paragraphe tout à la fin du troisième tome. L’auteur décrit si bien le dénouement de cette aventure qu’on a l’impression d’être à côté de Kaitlyn et de vivre tout ça en même temps qu’elle (page 604).

Je pense que j’ai bien fait de lire l’intégrale d’un coup car l’action se coupe toujours au moment le plus critique et le tome suivant démarre exactement là où le précédent s’est arrêté. Donc si on attend un trop grand laps de temps entre 2 tomes, je pense qu’on oublie un certain nombres de détails utiles à la compréhension de l’histoire.

Bref, c’est un livre que je vous conseille si vous voulez une lecture simple et divertissante!

Note : 15/20

Elle ne s’en était pas rendu compte jusque là, mais le monde n’existait qu’à travers ses sens. 

 

 

Les Chevaliers d’Emeraude, tome 07 : L’Enlèvement – Anne Robillard

Couverture Les Chevaliers d'Émeraude, tome 07 : L'Enlèvement

Résumé :

« Un départ tragique déclenche une série d’événements inattendus au Château d’Émeraude. Wellan reçoit en héritage un curieux bijou doté d’un fascinant pouvoir magique, mais, en même temps, il découvre que le renégat à emprunté un nouveau corps… Devra-t-il une fois de plus affronter Onyx ? Lors d’une attaque sournoise d’Asbeth, malgré tous les efforts de Chevaliers d’Émeraude et les facultés extraordinaires de Kira, les hommes-insectes réussiront, grâce à la ruse de leur sorcier, à s’emparer d’un soldat dans le but d’anéantir le reste de l’humanité. Mais Wellan et son nouvel allié n’ont pas l’intention de les laisser gagner. Ensemble, ils conçoivent la plus périlleuse de toutes les missions de sauvetage jamais entreprises par les Chevaliers… Réussira-t-elle ? »

Mon avis :

Etant donné que je n’ai commencé ce blog que tout récemment, je n’ai jamais fait de chronique sur les Chevaliers d’Émeraude, or il s’agit de ma saga préférée!

Nous retrouvons donc Wellan et ses frères d’armes revenant tout juste de mission de surveillance sur les côtes d’Enkidiev. Wellan a décidé de les séparer en 6 groupes, chacun dirigé par un des plus vieux chevaliers (sauf un où l’on trouve Chloé et Dempsey). Une fois revenu au château, ils pensent repartir vite sur les côtes pour ne pas la laisser ouverte à l’ennemi. Mais un malheur inattendu va toucher le château (oui, au chapitre 3 je pleurais déjà). Wellan va même recevoir un second coup de massue peu de temps après. Une fois que tous ces « détails » furent réglés, les chevaliers repartent en mission.

Ce tome m’a vraiment beaucoup plu, je crois qu’il restera parmi mes préférés (avec le tome 5, l’île des Lézards). Il y a plus d’action que dans le tome précédent, même si on s’intéresse toujours aux histoires de famille des Chevaliers. D’ailleurs je trouve ça génial que les enfants aient une place si importante dans le récit. Je me suis beaucoup attaché à Jenifael, Liam, Lassa et Dylan.

Autre point fort du livre : le retour d’Onyx. A la fin du tome 6, on a compris qu’Onyx avait retrouvé un corps pour vivre : celui de Farrell. Je redoutais terriblement le retour de ce renégat! Mais en réalité, on apprend à mieux le connaître, on en apprend sur son ancienne vie et sur les motivations de sa vengeance. Je ne m’y attendais pas, mais j’ai beaucoup aimé ce personnage d’Onyx/Farrell (peut-être parce qu’il est marié à Swan, qui est ma chouchoute ahaha).

aa

Enfin, l’action va nous mener sur des territoires jusqu’ici inexplorés. Asbeth (encore et toujours lui) va s’en prendre de nouveau aux Chevaliers mais cette fois-ci il va se montrer très rusé… Comme à chacune de ses apparitions on retrouve souffrance, sorcellerie et inquiétude sauf que là, à la fin du livre, le problème est loin d’être résolu… ET IL A OSE S’EN PRENDRE A UN DE MES CHEVALIERS PREFERES! Je n’attends maintenant qu’une seule chose : que ce sorcier couvert de plumes prennent de la raclée de sa vie AH!

zerze

Bref, comme toujours j’ai adoré ce livre et c’est avec grand plaisir que je retrouverais nos héros dans le tome 8 (je préfère garder un laps de temps entre deux tomes, pour ne pas me lasser, et pour que le plaisir de les retrouver soit encore plus grand).

Ils savaient bien qu’aucun homme ne vivait éternellement et que les grandes plaines de lumière les attendaient tous à la fin d’une vie bien remplie.

Note : 20/20
a prendr

Ne perdez pas votre temps ! le défia-t-il. Je suis un homme libre et je mourrai libre. 


De la même auteure :