All Time Readings

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." – Jules Renard

Catégorie: Contemporaine

Café ! Un garçon s’il vous plaît – Agnès Abécassis

Couverture Café ! Un garçon s'il vous plait

Résumé :

« Envie d’un bon café ? Il suffit de demander ! Sauf quand on se goure dans la formule… Vous avez commandé un garçon ? En voici un sur un plateau, se dit Lutèce, lorsqu’elle retrouve la trace de son premier amour. Mais les années auront-elles su préserver la chaleur de leurs souvenirs ? Et puis arrive Tom, le flic tendre. Quand Régine le trompe et qu’il le découvre, par dépit, il la trompe aussi. Avant de comprendre qu’elle n’avait pas fauté. Aie ! Ava, c’est l’artiste peintre à qui on commande un jour le portrait d’une star de cinéma. L’occasion pour sa carrière de décoller ! Or rien ne se passe comme prévu… Une histoire pleine de rires, de larmes, de chocolat avec un soupçon de crème. Le point commun de tous ces personnages ? L’amour est réellement leur tasse de thé. »

Mon avis :

Je remercie très chaleureusement Agnès Abécassis et le Livre de Poche pour l’envoi de ce livre ! J’avais hâte de le découvrir, notamment parce qu’il est écrit par une de mes auteures favorites, mais également parce qu’il reprend les personnages d’un autre livre (Le Tendre baiser du Tyrannosaure) pour lequel j’avais eu un énorme coup de coeur. Au final, ce livre a répondu à toutes mes attentes. Je n’ai pas été déçue une seule seconde.

Résultat de recherche d'images pour "coffee gif tumblr"

Ava, Tom, Félix, Lutèce et les autres membres de la bande sont de retour et ils sont plus en forme que jamais ! Si certains ont trouvé l’amour, d’autres comme Ava sont encore à la recherche du prince charmant si bien qu’en commandant son café, sa langue fourche et c’est tout naturellement qu’elle demande un garçon ! Elle n’a pourtant pas énormément de temps à consacrer à une histoire d’amour, sa carrière de peintre étant sur le point de décoller. En effet, Ava s’apprête à présenter sa dernière oeuvre lors d’une cérémonie en l’honneur d’une célèbre actrice. Mais une maudite chaussure va se mettre sur son chemin et va lui compliquer la tâche ! Heureusement, elle peut compter sur ses amies. Dont Régine, cette avocate qui a trouvé l’âme sœur en la personne de Tom. Mais cette dernière a d’autres chats à fouetter. Son couple bat de l’aile, tout ça à cause d’un énorme quiproquo… une situation que Lutèce connaît bien. Même si elle l’ignore encore. Bref ! Une fois de plus, cette bande d’amis partage d’innombrables aventures avec le lecteur… et autour d’un café s’il vous plaît !

Cas de force majeure, Tom n’eut d’autre choix que de baisser le volume de son orgueil, d’éteindre sa contrariété, et de dégainer son arme. Celle dont il ne se séparait jamais et qu’il était parvenu à faire entrer dans cet établissement malgré la fouille à l’entrée : des pas de break dance sortis tout droit de son adolescence (et qu’il n’avait pas dépoussiérés depuis).

Tantôt doux et sucré, tantôt amer, ce café servit par Agnès Abécassis se révèle incroyablement délicieux du début à la fin. La moindre goutte surprend nos papilles et nous fait passer par toute une palette d’émotions. Les ingrédients sont choisis avec soin. Ils sont réunis avec beaucoup de finesse et de talent. Même la tasse est joliment décorée, ornée de jolies couleurs qui nous donnent envie de plonger notre cuillère dans ce café et de le déguster jusqu’à la dernière goutte !

Le chat Rogne ? Vu que t’es une petite pourriture ? Ou le chat Pitre, qui mériterait un bonnet d’Âne ? Non, je sais… le chat Pelure, qui croit pouvoir rouler tout le monde dans la farine. Sauf moi ! Moi, je sais qui tu es. Tu le chat Maille ! Parce que tu me fais monter la moutarde au nez !

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre. C’était un véritable coup de coeur, dans la continuité du Tendre baiser du Tyrannosaure. J’étais ravie de retrouver ces personnages auxquels je m’étais tant attachée. J’avoue qu’il m’a fallu quelques pages avant de me souvenir parfaitement des liens de parenté ou d’amitié entre les personnages mais l’auteure remet bien en place le contexte. On retrouve facilement ses repères. D’ailleurs, ce livre peut être tout à fait indépendant. Si vous n’avez pas lu le livre précèdent, cela ne pose aucun souci de compréhension (ce serait tout de même dommage de passer à côté de cette pépite, croyez-moi !). En tout cas, Lutèce, Tom et les autres sont toujours aussi attachants. Je crois bien qu’Ava reste mon personnage préférée. Son petit côté gaffeuse me fait toujours autant rire ! Quant à Tom, il m’a surpris ! J’ai découvert une autre facette de sa personnalité dans les premières pages, au travers d’une battle de rap, et il m’a fait rire aux larmes ! Son amour pour Régine m’a également ému. C’est sûrement le plus gros point fort de ce livre d’ailleurs : l’amour. Il est présent du début à la fin, il crève les yeux et pourtant certains protagonistes ne réalisent pas que leur âme sœur est là, juste devant leurs yeux. Tout au long du livre, j’espérais vraiment un happy ending pour tous les personnages. Je ne vous révélerais pas la fin, bien évidemment, mais je dois bien avouer que j’ai versé ma petite larme ! La scène est vraiment émouvante, écrite avec beaucoup d’habileté pour garder un peu de suspens et beaucoup de talent qui nous aide à visualiser le moindre détail. La grande sentimentale que je suis n’a pas pu retenir son émotion !

Résultat de recherche d'images pour "love painful gif tumblr"

Parlons maintenant de l’histoire en elle-même. Il n’y a pas une mais plusieurs intrigues qui correspondent en fait à chacun des personnages. D’ailleurs, chaque chapitre porte le nom du protagoniste sur lequel il va se concentrer. Ce qui est magique, c’est que toutes ses intrigues s’emboîtent parfaitement les unes dans les autres. Il n’y pas de fausses notes, tout concorde. De plus, le fait qu’il y ait plusieurs histoires en une permet de garder un rythme soutenu tout au long des 370 pages. Il n’y a pas de temps morts, chaque scène a son importance, chaque paragraphe apporte un élément à l’intrigue. On n’a pas le temps de s’ennuyer et on tourne chaque page avec envie pour découvrir quelles surprises nos héros du quotidien nous réservent ! Ces derniers jours je n’ai pas eu énormément de temps à consacrer à la lecture. Mais honnêtement, si j’avais pu, j’aurais lu ce livre d’une seule traite. Il est tellement agréable à lire qu’on ne voit pas les pages défiler.

Bonjour, monsieur ! Vous venez voir votre épouse ? Elle vient d’accoucher d’un nouveau nez cassé. Il est beau et rouge, comme la côte fêlée de sa maman. Et prenez garde à sa tête, qu’elle a failli perdre. Mais pas à cause des coups qu’on lui a portés, plutôt en raison d’un coup de foudre, qui dure depuis qu’elle vous a rencontré. 

La plume d’Agnès Abécassis y est pour beaucoup. Elle est toujours aussi plaisante à lire et toujours aussi fluide. J’aime sa façon de tourner ses phrases, de détourner les mots et de jouer avec eux. Elle a vraiment un style inimitable, il faut bien l’avouer ! Par exemple, tous les noms d’acteurs ou de chanteurs sont parfaitement déformés et cela apporte une touche humoristique absolument irrésistible. J’adore également toutes ses métaphores filées qui ajoutent toujours un soupçon de suspens. Quant aux traits sarcastiques de certaines dialogues, vous le savez maintenant, c’est l’élément-clé qui me provoque à coup sur un coup de coeur !

En résumé, je vous conseille de vous jeter sur Café ! Un garçon s’il vous plaît. Aucun risque d’avaler de travers, vous allez être charmés par tous ses arômes de la première à la dernière goutte. Ce livre est fabuleux. Les personnages sont attachants, l’histoire est parfaitement rythmée et l’auteure a, sans conteste, un talent immense. C’était une très bonne idée de reprendre les personnages d’un livre précédent et, je ne sais pas si c’est prévu, mais j’adorerais les retrouver dans de prochaines œuvres !

Note : 20/20
Résultat de recherche d'images pour "up ellie gif tumblr"

Le cirque, c’est sympa une heure ou deux sous un chapiteau. Le pratiquer des journées entières dans sa vie quotidienne, ça virait à la monstrueuse parade d’emmerdements.


De la même auteure :

Couverture Chouette, une ride ! Couverture Assortiment de friandises pour l'esprit ou l'art de positiver au quotidien Couverture Le tendre baiser du tyrannosaure

Chroniques d’une princesse machiavélique, tome 1 : Sans Valentin – Lily B. Francis

Couverture Chroniques d'une princesse machiavélique, tome 1 : Sans valentin

Résumé :

« Agnès n’en revient pas. Le voile du déni vient de se lever et elle réalise qu’elle est toujours amoureuse de son meilleur ami le magnifique Phoebus Rolland. Ce serait le début d’une superbe histoire d’amour s’il n’était pas en couple depuis 7 ans ! Tant pis, Agnès tente le tout pour le tout. C’est fun, c’est frais, c’est fou sauf qu’elle oublie complètement que si elle sème le vent, elle récoltera la tempête ! »

Mon avis :

Je remercie l’auteure, Lily B. Francis, de m’avoir envoyé les deux tomes des Chroniques d’une princesse machiavélique. Dès que j’ai reçu la proposition de partenariat, j’étais séduite. Le titre, la couverture et le résumé du livre me donnaient vraiment envie. Au final, ce livre a répondu à toutes mes attentes et j’ai passé un super moment de lecture.

Résultat de recherche d'images pour "california gif tumblr"

Pour fêter le Nouvel An 2016, Agnès Thomson-Shirt et sa bande d’amis décident de se rendre à Las Vegas. Toutes les folies sont permises pour ses riches et beaux héritiers, ils comptent bien profiter de leur soirée en buvant jusqu’à plus soif et en dansant jusqu’au petit matin. L’année qui vient de s’écouler ne les a pas épargnés et chacun a du faire face à des problèmes familiaux ou des peines de coeur. Cette soirée leur fera le plus grand bien. Mais alors que la fête bat son plein, Agnès a comme une révélation. Il est là. Oui, c’est lui, elle en est certaine. Son âme sœur se tient debout, là, devant elle. Le meilleur dans tout ça, c’est que ce n’est pas un inconnu : c’est son meilleur ami, Phoebus (dit Phoeb) Rolland. Agnès se demande comment elle a pu ne pas s’en rendre compte plus tôt… En tout cas, maintenant qu’elle le sait, elle ne va pas se priver de lui dire. Elle espère bien que ses sentiments seront réciproques et qu’ils vivront une histoire d’amour passionnée et éternelle. Bon. Il y a un tout petit, tout riquiqui, vraiment infime problème : Phoeb est en couple avec une jolie colombienne, Esméralda, depuis sept ans. Ils ont une maison, un chat, une petite vie de couple bien rangée. Seulement, Agnès est certaine que Phoeb partage ses sentiments. S’il s’est mis avec Esmé, c’est parce qu’il pensait qu’il n’était qu’un ami pour Agnès. Bien que stressée, elle a hâte de faire le grand saut et de lui dire enfin ce qu’elle ressent. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu. Le soir de sa grande déclaration, Phoeb va lui annoncer une nouvelle absolument catastrophique. Agnès va devoir rivaliser d’ingéniosité pour enfin lui faire comprendre ce qu’elle ressent. Cependant elle est loin d’imaginer que ses agissements vont bouleverser toute une bande d’amis et les tensions auront des conséquences aussi désastreuses qu’inattendues.

Phœbus Rolland le magnifique lui avait préféré Esméralda. Il avait préféré la mystérieuse Colombienne à elle le génie, la prétentieuse princesse du lycée.
Tous applaudissaient le tour que l’Univers venait de lui jouer, tous riaient de son malheur et pas une âme dans le lycée n’eut envie de la plaindre.

Ce que je vais dire est paradoxal : j’ai détesté le personnage principal mais j’ai adoré ce livre. En effet, bien qu’Agnès m’ait exaspérée et même agacée au plus haut point, j’ai adoré suivre le déroulement de cette histoire car, bien plus qu’Agnès, c’est tout une bande de potes que l’on suit. J’ai apprécié le fait qu’ils soient amis depuis des années et qu’ils aient appris au fil du temps comment ils devaient agir avec telle ou telle personne. Ils se connaissent tous vraiment bien et leur amitié m’a fait chaud au coeur. En fait, on se sent comme un membre à part entière de cette petite clique. On partage leurs aventures, leurs doutes, leurs peines et leurs joies. Et puis, il faut bien avouer qu’on ne s’ennuie pas avec eux! Il y a toujours un rebondissement là où on ne l’attend pas. Si j’ai aimé cette bande d’amis, c’est également parce qu’ils étaient, en quelque sorte, ligués contre Agnès. Cette princesse machiavélique s’apprêtait à détruire perfidement une belle histoire d’amour et ils allaient tout faire pour l’en empêcher. Ils le faisaient, certes, pour protéger Esmé et Phoeb. Mais pour être honnête, j’ai senti qu’ils le faisaient également pour protéger Agnès de ses propres démons car elle était sur le point de perdre son meilleur ami et de faire ressortir toute la noirceur de son âme. A mon humble avis, ce qu’ils ont fait était le bon choix.

Image associée

Pour en revenir à Agnès, j’ai été déçue de son personnage. Au début, je l’aimais beaucoup et même si je croyais peu à son histoire avec Phoeb, je me disais qu’une bonne surprise l’attendait peut-être. Le soir où elle devait faire sa déclaration à Phoeb, celui-ci lui vole en quelque sorte la vedette et lui fait une annonce qui va mettre un terme à toutes ses espérances. Du moins, c’est ce que je pensais. Elle déprime pendant quelques jours puis reprend ses esprits et compte bien mettre son plan à exécution. Je peux comprendre sa douleur et son amertume envers Esmé, mais là, je l’ai juste trouvé complètement folle. Je vous jure quand il dit, en gros, « Je sais que Phoeb est amoureux de moi, j’en suis sûre, mais il ne s’en est pas encore rendu compte », j’avais envie de hurler! Non, il ne t’aime pas, tu dérailles complètement ma pauvre dame! C’est vrai que j’avais pitié d’elle au départ, je me disais vraiment que c’était sur le coup de la douleur qu’elle réagissait comme ça. Mais non, madame est une petite princesse qui pense que le monde doit tourner autour d’elle et qu’il ne doit jamais la contredire. A un moment, elle hurle « Excuse-moi si je suis riche, belle, et populaire ». OK, alors excuse-moi si j’ai envie de te frapper violemment. Je pense que ce personnage mérite ce qui lui arrive et j’avoue que j’avais un petit plaisir malsain à découvrir tout ce qui lui tombait dessus au fil des pages! En revanche, je me suis beaucoup attachée à Phoeb et à Billy. Ces deux personnages n’ont rien demandé à personne et pourtant, ce sont eux qui souffrent le plus.

Arrête Julie, Agnès est pathétique. Elle se prélasse dans le passé au lieu d’avancer, et Phoeb est son excuse pour ne pas réussir sa vie. Je pense qu’elle va se prendre un vent et qu’on devra encore recoller les morceaux. Cela dit, je t’adore Agnès ! finit-elle avec un petit rire énervant.

Enfin, en ce qui concerne le style de l’auteur, j’ai totalement adhéré! Le style est fluide, léger et agréable à lire. Les dialogues tiennent la route et mettent beaucoup de rythme dans ce livre. Si je devais trouver un petit point négatif, je dirais qu’à deux reprises, j’ai trouvé le temps un petit peu long : la première fois c’est lorsque les membres des Belles sont décrites une par une (trop d’informations d’un coup, trop d’énumérations, je n’ai pas retenu toutes les informations) et la seconde fois, c’était lors d’un flash-back, le jour où Phoeb a déclaré sa flamme à Esméralda. J’ai trouvé que le passage où Esmé discutait avec ses frères et sœurs était un peu long et, à mon avis, pas franchement utile. Mais ce ne sont que deux petits détails, le livre m’a conquise dans son ensemble et c’est avec plaisir que je me lancerai dans le tome 2.

En résumé, j’ai adoré découvrir les aventures de cette bande d’amis. Si l’histoire se concentre autour d’Agnès et de Phoeb, c’est bien un large groupe de personnes qui subit les conséquences de leurs actes. J’ai apprécié me retrouver au coeur de ce groupe grâce à la plume habile de Lily B. Francis. Le style est léger, c’est donc une lecture idéale si on veut simplement se vider la tête et se divertir! Je vous conseille vivement ce livre.

Note : 17/20
Résultat de recherche d'images pour "can my life get worse gif tumblr"

L’amour frappe lorsque l’on s’y attend le moins. Souvent avec violence comme un coup de poing en plein ventre. Toujours avec justesse, telle une flèche d’une précision chirurgicale qui atteint et transperce le coeur, là, en plein milieu. C’est douloureux, c’est électrique, c’est magique. Et il est étrange de se dire qu’un si bref instant peut changer la vie à jamais.

En voiture, Simone ! – Aurélie Valognes

Couverture Nos adorables belles-filles / En voiture, Simone

Résumé :

« Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez ! »

Mon avis :

Je remercie tout d’abord le Livre de Poche pour l’envoi de ce livre! Lorsque j’ai trouvé ce livre dans la sélection du mois d’avril j’étais ravie. Les couvertures colorées et les résumés un peu déjantés des livres d’Aurélie Valognes me donnaient vraiment envie. C’est donc sans appréhension et avec grand plaisir que j’ai commencé En voiture, Simone ! Cet enthousiasme m’a accompagné tout au long de ma lecture et c’est comblée que j’ai refermé ce livre.

Résultat de recherche d'images pour

Noël 2015. La famille Le Guennec s’apprête à célébrer le réveillon qui se déroulera dans la maison de Martine et Jacques, les parents de la tribu. Tout semble parfait : les cadeaux des enfants et petits-enfants sont emballés, le chevreuil cuit impeccablement dans le four et Martine est sublime dans sa robe. Cependant les choses ne vont pas tarder à se gâter. Leur fils Alexandre les prévient à la dernière seconde que sa compagne, Laura, va finalement venir dîner avec eux. Ce n’est pas un drame me direz-vous, ils n’ont qu’à rajouter une assiette. Au menu de ce soir ? Foie gras, chevreuil et huîtres. Sauf que Laura est végétarienne. Et ce n’est pas tout, dès l’arrivée des trois fils et de leur compagne, l’ambiance est on ne peut plus tendue. Jeanne, l’amie de Nicolas et dernière arrivée dans la famille, va avoir du mal à trouver sa place (surtout quand sa belle-famille ne cesse de faire allusions aux femmes qui l’ont précédée). Quant à Stéphanie, compagne de Matthieu, mère de deux enfants et enceinte d’un troisième, elle a bien du mal à garder son calme face au comportement de son beau-père. Ce Noël marquera un tournant pour la famille Le Guennec et les mois qui suivront ne seront pas de tout repos. Entre gaffes, engueulades et situations improbables, la famille bretonne nous réserve moult surprises…

Bon, on récapitule : ce soir, pas de remarques désagréables à tes belles-filles, pas de portable et tu fais attention à ton cholestérol. Tu ne te sers pas deux fois, entendu ?

COUP DE CŒUR. C’est dit, c’est clair, net et précis. J’ai eu un coup de coeur pour les personnages, pour l’histoire, pour la plume de l’auteure, pour son humour, pour la superbe couverture du livre, pour les titres de chapitre… Bref, ce livre est parfait! Je n’ai pas pour habitude de lire des romans de ce genre, je suis plus du genre fantasy, thriller, livre historique ou même une petite chick-lit de temps en temps. Les livres humoristiques restent assez rares pour moi! Mais je me suis dit que par une belle journée de printemps ensoleillée, c’était l’idéal. Et en effet, c’est un livre totalement adapté si on veut se vider la tête et rire un bon coup!

– Vous avez vu! continua Jacques, à une lettre près, chianti, ça s’écrit comme chiante. Tu as vu, Stéphanie ?
– Pourquoi vous me dites ça à moi ?

Sans surprise, les points forts de ce livres sont les personnages. Ils ont tous un petit quelque chose d’attachant et on prend beaucoup de plaisir à découvrir leurs multiples aventures. J’ai adoré la grand-mère, Antoinette, qui a le don d’apaiser tout le monde avec ses expressions de vieille dame et ses repas gargantuesques. La mère, Martine, est clairement en mal d’amour et de reconnaissance. Elle est vraiment attachante et on aimerait faire quelque chose pour l’aider. Malheureusement, son empoté de mari, Jacques, n’est pas très doué. Il m’a beaucoup fait rire! Il m’a un peu fait pensé au grand-père dans la série En famille, qui se prénomme d’ailleurs Jacques, lui aussi! Ses gaffes avec ses belles-filles sont toutes plus drôles les unes que les autres! C’est encore pire quand il essaie de bien se comporter. Le naturel revient toujours au galop et les discussions banales peuvent vite se transformer en crise d’hystérie! Pour son côté humoristique, je dirais que Jaques a été mon personnage préféré. Les trois fils sont sympathiques également (sauf Alexandre, ce macho sans égal), mais ils sont un peu éclipsés par leur compagne, les vraies stars de ce livre! D’ailleurs, dans une précédente édition le livre s’intitulait Nos adorables belles-filles. Pour être honnête, je préfère le titre En voiture, Simone ! qui fait ressortir l’humour du livre et qui donne tout de suite envie de le lire! En tout cas, je vais éviter de trop parler de Stéphanie, Laura et Jeanne, je ne veux pas vous spoiler!

Résultat de recherche d'images pour

Parlons maintenant de l’histoire en elle-même. En fait, il n’y a pas une seule histoire, il y en a 8, voire 9 si on compte Antoinette. Chaque adulte de la famille a ses propres expériences passées, ses impressions sur sa (belle-)famille et ses préoccupations actuelles. Si au début j’avais peur de me perdre avec tous les prénoms, mes craintes se sont vites envolées. On comprend vite « qui est qui », chacun ayant une fort personnalité, on distingue vite chaque personnage. Chacune de leurs histoires est soit intéressante, soit hilarante, soit les deux! Il n’y a pas un seul moment de cette lecture que je n’ai pas apprécié. Mes moments préférés étaient naturellement ceux où toute la famille était réunie. Plus on est de fous, plus on rit et plus on fait de gaffes bien sûr! Même lorsque les choses commencent à se calmer et que les tensions se dissipent, les moments en famille étaient les meilleurs puisqu’on ressentait une vraie cohésion, une véritable ambiance chaleureuse. Les Le Guennec n’en deviennent pas moins amusant! L’humour devient juste un peu moins piquant et est apprécié par tous les membres de la famille.

Si tes belles-filles savaient que tu les compare à des poules… Attention, c’est limite, chérie! Très limite!

Enfin, en ce qui concerne le style de l’auteure, je l’ai trouvé vraiment très agréable à lire! Léger, frais et dynamique. Aurélie Valognes nous plonge au coeur de cette famille bretonne sans même que l’on s’en rende compte. On a presque l’impression de faire partie de cette famille, nous ne sommes pas que spectateurs. Les sujets abordés sont parfois sérieux, mais la plume de l’auteure reste toujours aussi légère, les choses ne sont pas dramatisées. Et comme je le disais, j’ai trouvé le style de l’auteur dynamique. J’ai lu dans certaines chroniques que certains avaient déploré le manque de rythme ou le manque d’action dans ce livre. Pour ma part, j’ai trouvé que chaque rebondissement arrivait au bon moment et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. D’ailleurs, j’avais du mal à lâcher mon livre. Une fois que je l’ouvrais, seul un cas de force majeur pouvait me faire refermer ce livre!

En résumé, j’ai véritablement été séduite par En voiture, Simone ! Tout m’a semblé parfait du début à la fin. L’humour des personnages ainsi que la fluidité et la légèreté de la plume de l’auteure m’ont fait passé un moment de lecture très agréable. Si je ne lis pas souvent de livres humoristiques, celui-ci m’a totalement convaincue, je suis conquise! J’ai hâte de découvrir les deux autres romans d’Aurélie Valognes, ainsi que tous ceux qui suivront.

Note : 20/20
Résultat de recherche d'images pour

Quand on se met en couple, chacun vient avec un sac à dos plein de pierres. Les pierres représentent notre passé et conditionnent qui nous sommes aujourd’hui. Pour certains, le sac à dos est plus lourd à porter que pour d’autres.

Encore – Hakan Günday

Couverture Encore

Résumé :

« Gazâ a neuf ans et vit sur les bords de la mer Égée. Il travaille avec son père Ahad, passeur de clandestins. Ils entreposent dans un dépôt les individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Un jour, Gazâ cause la mort d’un jeune Afghan. Dès lors, le garçon ne cesse de penser à lui et conserve précieusement la grenouille en papier qu’il lui avait donnée – ce qui ne l’empêche pas de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Un soir, tout bascule, et c’est désormais à Gazâ de trouver comment survivre… »

Mon avis :

Je remercie tout d’abord les éditions Livre de Poche pour l’envoi de ce livre.

Lorsque je parcourais la sélection du mois, aucun titre ne m’a sauté aux yeux. J’ai du lire chaque résumé afin de faire mon choix et Encore s’est démarqué. C’est la première fois que j’avais l’occasion de lire une oeuvre qui traitait de la crise des migrants. C’est pourtant un sujet inévitable dans notre société actuelle… Je me suis alors dit que c’était important, qu’il fallait absolument que je découvre ce livre. D’autant plus qu’il est écrit du point de vue d’un jeune garçon turc, c’est-à-dire un enfant vivant entre l’enfer que les migrants cherchent à fuir et le paradis qu’ils espèrent trouver.

Résultat de recherche d'images pour "psychopath gif tumblr"

Gazâ est un jeune turc qui vit seul avec son père, Ahad. A première vue, c’est un garçon ordinaire. Il va à l’école et a de bonnes notes. Cependant, lorsqu’il n’est pas à l’école, il doit travailler aux côtés de son père. Cela ne pourrait être qu’un détail, qu’un élément qui montre que Gazâ et Ahad ne croulent pas sur l’or. Mais c’est plus que ça, bien plus que ça. Ahad est passeur de clandestin. Il prend en charge des êtres humains qui ont tout quitté dans leur pays par désespoir et qui espèrent trouver une vie meilleure en Europe. Entre deux transports, les migrants sont parqués dans un entrepôt, près de la maison de Gazâ. Très vite, le garçon se voit confier des responsabilités. C’est lui qui doit surveiller la marchandise et s’assurer qu’elle reparte en bonne état. Il doit distribuer – ou plutôt, vendre – l’eau et la nourriture. A seulement neuf ans, il sait qu’il peut exercer un certain pouvoir sur ces gens qui sont, malgré leur âge, plus faibles que lui. Il sait également, par expérience, qu’il a le pouvoir de vie ou de mort… Bien qu’il soit habitué à cette situation, il voit arriver la fin du collège comme un soulagement. Faisant partie des cents meilleurs étudiants de Turquie, il peut prétendre à un bon lycée. Il va enfin pouvoir échapper à cet enfer. Enfin, c’est ce qu’il croyait…

C’est ainsi que cette année-là, à peine sorti de l’école, je devins passeur de clandestins. A 9 ans… ça ne changeait pas grand-chose. J’étais déjà le fils d’un passeur.

Mon avis sur ce livre est, dans l’ensemble, très positif. Du début à la fin, j’ai été complètement happée par l’histoire de Gazâ, même si au final, je me rends compte que j’ai détesté ce personnage. Il est vrai que si le jeune garçon est aussi odieux, c’est à cause du métier de son père. Cependant, cela ne l’excuse pas pour toutes les horreurs qu’il a commises de son propre chef. A vrai dire, Gazâ m’a vraiment mis mal à l’aise. Son état psychologique est assez désastreux et, puisque c’est lui qui raconte son histoire, nous avons accès aux recoins les plus sombres de sa conscience. Parfois, c’est très dur. Certains passages sont clairement écœurants. Je n’ai pas non plus aimé la façon dont ce personnage évoluait. Attention, je dis que Gazâ est un personnage que j’ai détesté, mais cela ne veut pas dire que j’ai détesté découvrir son histoire. C’est juste que ce personnage me perturbe vraiment et je n’ai pas ressenti la moindre sympathie ni pitié à son égard. En fait, je me rends compte que je ne me suis attachée à aucun personnage, je les ai tous trouvé odieux. A la limite, je pourrais dire que j’ai apprécié Felat et Cuma, deux personnages importants qui brillent par leur absence…

Je pense qu’il était dingue. En fait, je crois qu’ils étaient tous dingues. Tous ces Ouzbeks, Afghans, Turkmènes, Maliens, Kirghizes, Indonésiens, Birmans, Pakistanais, Iraniens, Malais, Syriens, Arméniens, Azéris, Kurdes, Kazakhs, Turcs, tous… Il faut être fou pour pouvoir supporter tout ça.

D’ailleurs sur ce point, j’étais un peu déçue. Cuma, ce jeune afghan dont on parle dans le résumé, semble occuper une place prépondérante dans l’histoire. La petite grenouille en papier qu’il donne à Gazâ se retrouve même sur la couverture. Pourtant, en lisant ce livre, je n’ai pas compris pourquoi Cuma était mis autant en avant. D’accord, Gazâ pense à lui, ponctuellement, tout au long du livre, mais de là à en faire un élément central du résumé… Je ne sais pas, je reste perplexe sur ce personnage. A la limite, Rastin m’aurait semblé plus important. Il est plus présent et fait partie d’un grand projet mené par Gazâ. Ce serait plus légitime de le mettre en avant.

Je hais l’espoir, cette calamité qui fait rêver les enfants les plus désemparés !

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, elle m’a captivée. Dès les premières lignes, j’étais très intéressée par le récit de Gazâ. En tant qu’Européens, on ne connait que peu de choses des migrants. On voit au journal leur arrivée en bateau en Grèce, ou leur vie dans les bidonvilles de Calais. C’était donc assez intriguant, et même effrayant de découvrir « l’envers du décor » et toutes les épreuves que ces gens doivent traverser avant d’atteindre leur objectif final. On en apprend plus sur cette micro-économie qu’est le trafic d’êtres humains. C’est vraiment affolant de voir que les personnages en apparence respectables sont souvent les plus abjectes. Puis, à partir de la deuxième partie, nous suivons Gazâ dans sa quête de rédemption et dans sa découverte approfondie de l’espèce humaine (mais je ne vous en dévoilerais pas plus pour ne pas vous spoiler). J’avoue qu’à un moment, je me suis demandé pourquoi il me restait encore 200 pages à lire puisque le « principal problème » était réglé. Au final, cette partie ne m’a pas déçue par son contenu, mais le rythme étant moins soutenu, je l’ai trouvé un peu plus ennuyante. Quant à la toute fin du livre… Je suis extrêmement frustrée! Je ne m’attendais pas du tout à ça et pour être honnête, j’aurais préféré que l’histoire s’arrête quelque pages avant.

Résultat de recherche d'images pour "gif tumblr humanity"

Le style de l’auteur m’a bien plu en général. Je n’ai pas eu un coup de coeur pour la plume de Hakan Günday, mais elle n’en est pas moins agréable à lire. Malgré les sujets abordés, qui sont souvent lourds ou dérangeant, le style reste fluide et plutôt simple à lire. En revanche, à certains moments j’ai trouvé quelques longueurs. Tout un paragraphe de périphrases pour décrire une sensation par exemple. C’est le genre de choses que je n’apprécie pas puisque je suis (malgré moi) dépourvue de toute fibre poétique. Quand je vois ce genre de répétitions, ça me fait un peu penser à Kuzco voyez-vous (Oh, right. The poison. The poison for Kuzco, the poison chosen especially to kill Kuzco, Kuzco’s poison. That poison? – Pardonnez mes références). Donc bon, à certains moment, j’avais tendance à vouloir lire en diagonale pour en revenir à l’essentiel.

En bref, lire un roman de ce genre était une expérience inédite pour moi. Je ne le regrette absolument pas, le style de l’auteur étant agréable à lire et l’histoire étant captivante. Les personnages ne m’ont inspirée aucune sympathie mais j’ai trouvé leurs aventures intéressantes. Ce livre est très instructif et nous fait ouvrir les yeux sur cet immondice qu’est le trafic d’êtres humains. En revanche, quelques petits détails comme des descriptions à rallonge m’ont fait passée à côté d’un coup de coeur. Il n’empêche que ce livre est très émouvant et très bien écrit. Je vous encourage à le lire.

Note : 16/20
Résultat de recherche d'images pour "gif tumblr human"

C’est pour cela que nous mangions et avions besoin de manger. De nous dévorer mutuellement, de croquer toutes sortes de choses. Nous en avions besoin. Pour grandir le plus vite possible, crever et laisser la place à d’autres. Pour que commence une nouvelle époque. Ressemblant le moins possible à celle-ci… Parce que nous avions compris qu’il ne sortirait de nous rien de bon.

Antéchrista – Amélie Nothomb

Couverture Antéchrista

Résumé :

« Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n’en revient pas de ce bonheur presque écrasant.
Elle n’hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l’installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s’affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre. »

Mon avis :

Antéchrista est ma première lecture d’Amélie Nothomb depuis cette fameuse rencontre le 8 novembre 2016. Comme d’habitude, j’ai été totalement conquise et cela ne fait que renforcer mon admiration pour cette auteure.

Résultat de recherche d'images pour "tumblr gif i control you"

Blanche est une jeune fille solitaire. A seize ans, elle n’a jamais eu d’amis. En arrivant à l’université, elle espérait une nouvelle vie, elle s’attendait à développer son côté sociable. Cependant, elle se rend rapidement compte que la fac n’est que la continuité du lycée. Les populaires restent les rois, les timides restent dans leur coin. Imaginez donc sa surprise quand Christa, LA fille qui attire tous les regards daigne lui adresser la parole. Très vite, Blanche gagne en confiance et propose de l’héberger afin de lui éviter ses trajets quotidien de plusieurs heures en train. Christa accepte, bien sûr. Malheureusement dès leur première soirée de « colocataires », Blanche se rend compte qu’elle avait fait fausse route. Christa est une personne ignoble. C’est une fille détestable. Aucun adjectif ne serait assez fort pour décrire cette démente qui n’hésite pas à sauter sur Blanche pour la déshabiller et l’humilier. Si Blanche est lucide, ce n’est absolument pas le cas de ses parents. Michelle et François sont sous le charme de cette jeune fille qui a tous les atouts dont ils rêvaient. Ils ont fille introvertie ? Christa est extravertie et aime la vie. Ils ont fille avec des résultats scolaires acceptables ? Christa est brillante. Leur fille n’a pas d’amis ? Christa a beaucoup d’amis et même un petit ami. Petit à petit, Blanche va perdre sa place dans sa propre famille. Jusqu’où cette folie pourra-t-elle aller ? Les gens se rendront-ils compte de la vraie nature de Christa ?

C’était ça, l’université : croire que l’on allait s’ouvrir sur l’univers et ne rencontrer personne.

J’ai adoré ce livre. Mais c’est la première fois que je suis mal à l’aise en lisant une oeuvre d’Amélie Nothomb. En effet, Christa use et abuse de son pouvoir de séduction et j’avais parfois envie d’hurler face à la crédulité des parents. D’autres fois, j’avais envie de pleurer tant je souffrais pour Blanche. Je voulais la sortir de cette situation malsaine et je me sentais tellement impuissante! J’étais désolé de rien pouvoir faire pour elle. Puis j’ai réalisé que continuer ma lecture et tourner chacune des pages rapprochaient Blanche de sa délivrance. C’est sûrement pour cela que je l’ai lu d’une traite. Bien que ce livre soit éprouvant psychologiquement, je l’ai vraiment apprécié puisqu’il nous montre l’évolution de Blanche, un personnage à qui j’ai souvent pu m’identifier.

Résultat de recherche d'images pour "tumblr gif i hate you"

Les personnages sont sans conteste les points forts de ce livre. Nous avons clairement deux personnages antagonistes. D’un côté, nous avons Blanche, cette jeune fille discrète et solitaire qui aime se plonger dans les livres. Elle apprécie d’être seule, mais espère secrètement qu’un jour quelqu’un l’aimera comme elle aime les gens. De l’autre, nous avons Christa, cette jeune fille extravertie qui passe son temps en soirée. Elle aime manipuler les gens en se faisant passer pour une petite malheureuse. Elle adore être le centre de l’attention mais devient ingrate dès qu’il s’agit de s’intéresser aux autres. Enfin, elle devient ingrate lorsqu’elle est en tête à tête avec Blanche. Le reste du temps, elle enfile son masque de petite fille parfaite. En tant que lectrice impuissante, qui ne peut arrêter ses méfaits, j’avoue que Christa m’a vraiment agacée. Vous avez sûrement déjà ressentie de la haine pour un personnage de roman. Et la plupart du temps, on adore détester les personnages puisqu’ils apportent du piquant à l’histoire. Eh bien ce n’était pas le cas pour Christa. Je l’ai détesté, je la déteste toujours, et je hais cette sensation. Elle pousse Blanche à bout et c’est ce qu’elle a fait avec moi aussi! Elle est plus qu’insupportable, elle met mal à l’aise, elle est tellement vicieuse qu’essayer de la représenter dans ma tête me fait sentir vraiment inconfortable. En fait, c’est effrayant de se dire que des gens comme elle existent probablement dans la vraie vie. C’est pour ça que je me sens si mal en pensant à elle : son génie me fait peur. Ma grande sœur, qui me prête bien gentiment tous les livres d’Amélie Nothomb qu’elle possède m’avait dit à quel point elle avait été déçue en lisant Antéchrista car pour elle, c’était bien trop violent. C’est vrai, c’est violent. Psychologiquement, c’est à la limite du supportable. Je n’exagère pas du tout. Je pense que cela pourrait freiner quelques lecteurs potentiels. La violence psychologique est souvent bien pire que la violence physique et tout le monde ne peut pas y être confronté.

Je le savais, moi que cette scène avait été horrible et non comique. Je savais que Christa n’était pas une enfant, que c’était sa stratégie pour attendrir ma mère.

Quant à la plume de l’auteure, il n’y a plus grand chose à dire, je crois que j’en ai déjà fait mille fois le tour. Je suis fan. J’adhère totalement. Je m’évade toujours en lisant du Amélie Nothomb. Je ne suis jamais déçue. C’est juste parfait. Honnêtement c’est dur d’exprimer cette émotion avec des mots! Si j’avais son talent, je le ferais aisément, mais là, je bloque!

Ma mère vint embrasser Christa qui plissait le nez de plaisir. Mon père rayonnait.
J’étais orpheline.

En ce qui concerne la fin, j’ai été surprise. Au début j’étais un peu frustrée car on n’a pas la clé de l’énigme, le mystère n’est pas totalement résolu. Puis, je me suis dit que, finalement, ce n’était pas plus mal de me faire ma propre idée sur la question. Après tout, je ne peux pas être déçue de la fin si c’est moi que l’imagine. C’était donc, en définitive, une bonne surprise! Surtout, j’ai beaucoup aimé la Blanche des dernières pages. Elle a tellement évolué que j’étais fière d’elle, telle une maman poule!

Il suffisait que je sente sa présence, pas même à côté de moi – il suffisait que je la sente dans un rayon de cent mètres, qu’elle soit visible ou non, peu importait : savoir qu’elle était là me coulait du béton sur le corps jusqu’à m’asphyxier.

En résumé, je ne m’attendais pas à une lecture si éprouvante. Le côté psychologique de la relation dominant/dominé est très développée dans cette histoire d’amitié si particulière. Cela peut mettre à l’aise, mais au final, la plume d’Amélie Nothomb est toujours aussi agréable à lire et je crois bien que je ne m’en lasserais jamais. Cette lecture n’est pas adaptée à tout le monde car la violence des mots employés par Christa peut choquer. Mais au moins, le lecteur sait tout de suite ce qui l’attend et s’il sent qu’il doit arrêter sa lecture, ce sera dans les premières pages et non pas au milieu du livre. Enfin, bref, à vous de découvrir si vous êtes fait ou non pour ce genre de livre!

Note : 20/20
Résultat de recherche d'images pour "tumblr gif i am stronger"

Je me découvrais plus importante que je ne l’avais cru. Moi qui me prenais pour la quantité négligeable de la faculté des sciences politiques, j’étais devenue le centre des regards.


De la même auteure :

 Couverture La nostalgie heureuse

Couverture Stupeur et tremblements