L’accro du shopping à Hollywood – Sophie Kinsella

par alltimereadings

Couverture L'accro du shopping à Hollywood

Résumé :

« En s’installant avec sa famille à Los Angeles, Becky s’y voyait déjà : virées shopping avec Victoria Beckham, pauses détox avec Gwyneth Palthrow, play-dates de sa fille Minnie avec les petits Brangelina… Et puis le rêve ultime : devenir styliste pour ses nouvelles amies les stars.
Mais pas si simple de se faire une place sur la A-list quand on n’entre pas dans du triple 0, qu’on ne jure que par le breakfast saucisses-bacon et que la seule star de l’école de Minnie est le hamster mascotte. Quant à ses dons de styliste, disons que Becky les exerce surtout sur elle-même.
Heureusement, quand tout espoir semble perdu, notre Accro du shopping a toujours plus d’un tour dans ses sacs. Notamment ce superbe sac vintage qui pourrait bien lui ouvrir les portes de la gloire. Ou celles de l’enfer…
Car au pays des stars, les apparences sont souvent trompeuses et cette pauvre Becky va comprendre à ses dépens que derrière les paillettes règne un monde sans pitié. »

Mon avis :

J’ai découvert la série de l’Accro du shopping il y a quelques années et j’ai tout de suite adoré. Je crois même que j’ai lu les trois premiers tomes à la vitesse de l’éclair. Je n’ai jamais été déçue par une des aventures de Becky et j’avoue que j’étais super-excitée par la sortie de ce tome car Los Angeles est sûrement LA ville que j’aime le plus au monde. Rebecca Brandon (né Bloomwood) lâchée dans la jungle hollywoodienne : ce tome semblait vraiment très prometteur et je n’ai pas été déçue une seule seconde!
Afficher l'image d'origine

Bien que je ne me souvenais pas de tous les détails du tome précédent, j’avais bien en tête le fait que Becky, son mari et la petite Minnie devait partir à L.A. car Luke avait décroché un contrat avec la célèbre Sage Seymour. Au début de ce livre, nous retrouvons donc notre accro du shopping préférée en pleine découverte de la cité des anges. Comme on pouvait s’en douter, elle est au comble de l’excitation. Le soleil brûlant, Rodeo Drive et Hollywood Boulevard ressemblent bien à la définition du paradis pour elle. Becky, comme à son habitude, flâne dans les magasins et fait des lèche-vitrine tout en restant toujours aux aguets. Qui sait ? Elle croisera peut-être une actrice ou une chanteuse qui remarquerait sa tenue à la pointe de la mode ? Car oui, même si leur installation à Los Angeles n’est que provisoire, Becky veut travailler. Mais pas n’importe où. Car oui, l’accro du shopping n’a pas changé d’un poil depuis le premier tome et rêve toujours de gloire, de paparazzis, de paillettes et de célébrités. Elle va donc tout tenter pour se faire un nom dans ce monde sans pitié qu’est Hollywood et ne reculera devant rien, quitte à parfois en faire un poil trop…

Davantage d’eau de noix de coco ? C’est tellement L.A. Tout dans ce magasin est tellement L.A. Kai lui-même est dynamique et bronzé avec une barbe de trois jours impeccable et un regard turquoise intense qui, à mon avis, doit beaucoup à des lentilles. Il ressemble tant à Jared Leto que je me demande s’il n’est pas allé voir son chirurgien esthétique avec une photo arrachée au magazine US Weekly en disant : « Cette tête-là, s’il vous plaît! »

J’ai été vraiment ravie de retrouver Becky dans ce tome. Comme toujours, j’ai adoré ce petit grain de folie qui la caractérise si bien. Elle a le don pour se mettre dans des situations totalement ubuesques, mais après tout, c’est bien pour ça qu’on l’aime! J’imagine qu’à plusieurs reprises, certaines personnes ont pu la trouver agaçantes. Elle n’en fait toujours qu’à sa tête et ne prend même pas la peine d’écouter les conseils de ses proches. Mais comment peut-on lui en vouloir ? Elle ne pense jamais à mal, elle est juste légèrement superficielle et a un petit côté naïf tellement attachant. Enfin bref, encore une fois j’ai adoré partager ces nouvelles aventures avec elle et j’ai déjà hâte de la retrouver dans le tome suivant.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre, c’est que, malgré le fait que Becky, Luke et Minnie soient partis à Hollywood, on retrouve tous les personnages avec lesquels nous sommes familiers : Suze et Tarkie, qui rendront une petite visite à leurs amis, les parents de Becky, et même Alicia-la-garce-aux-longues-jambes mais shhht, je ne vous en dit pas plus la concernant! En fait, on retrouve tous les ingrédients des tomes précédents et c’est très certainement pour cela que je ne suis jamais déçue. Bien-sûr, il y aura bien un moment où je serais lassée de toujours retrouver les mêmes personnages, mais pour l’instant, c’est loin d’être le cas!

Depuis la mort du grand-père de son mari, elle est devenue lady Cleath-Stuart, ce qui fait très vieux je trouve. Quand on dit « Lady Cleath Stuart », je pense automatiquement à une vieille asperge de quatre-vingt-dix ans agitant une cravache devant le nez des gens en aboyant « Quoi ? Quoi ? ». Evidemment, je n’avouerai jamais ça à Suze.

Les nouveaux personnages tels que Loïs, Jeff ou Bryce nous permettent vraiment de nous plonger dans l’ambiance très particulière qui règnent à Los Angeles. Ils apportent un vrai plus au livre car c’est eux qui vont faire découvrir à Becky le paradis (l’enfer ?) d’Hollywood.
Cependant, si je devais faire une toute petite critique négative sur ce livre, je dirais que c’est dommage de ne pas retrouver Jess. Son nom est à peine mentionné. Certes, on se doute que l’univers des strass et des paillettes est loin de l’intéresser mais tout de même, Becky ne prend jamais de nouvelles de sa sœur ?

Afficher l'image d'origine

Concernant l’histoire en elle-même, elle regroupe comme d’habitude plusieurs petites péripéties car notre accro du shopping va une nouvelle fois devoir faire face à des problèmes familiaux tout en s’épanouissant dans sa carrière professionnelle afin de devenir la nouvelle styliste que tout le monde s’arrache. Evidemment, avec Becky, rien ne se passe jamais comme prévu et le livre est ponctué de nombreux rebondissements, ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais. Certains de ces renversements de situation sont d’ailleurs très inattendus. Enfin, à mon avis! Après, il est possible que je sois comme Becky un peu trop naïve en ce qui concerne toutes ces personnalités hollywoodiennes perfides et prêtes à tout pour créer le buzz!

Une image passe devant mes yeux. Celle d’un fauteuil sur lequel on peut lire : Becky Brandon, costumière et styliste. Si jamais je travaillais dans le cinéma, je resterais toujours assise dedans ou je marcherais avec mon fauteuil collé aux fesses.

Un des aspects qui me plait le plus dans cette série de l’Accro du shopping (et là je fais ressortir mon côté un peu niais désolé), c’est la relation entre Becky et Luke. Dans les chick-lit, généralement, l’histoire se concentre sur les problèmes de cœur de la protagoniste. Ici, je ne dis pas que leur mariage est parfait, que tout va bien entre eux. Il n’empêche qu’à aucun moment ils ne remettent leur couple en question. Ils ont une relation très fusionnelle et malgré toutes ces petites choses qu’ils doivent surmonter, ils restent soudés. D’ailleurs, dans ce tome Becky a le droit à un splendide « Je t’aime » à vous faire pâlir d’envie! Généralement dans les questionnaires de lecteurs, on se demande quel est notre héros ou héroïne de roman préféré ou quelle est notre histoire d’amour préféré. Mais je n’ai jamais vu la question « Quel est votre couple préféré ? ». Et c’est dommage car bon dieu je les aimes tous les deux! Je trouve ce couple vraiment trop adorable. (A quel moment dans ma vie je suis devenue aussi niaise ? Ah oui, j’écris cette chronique en écoutant du Michael Bublé, ça doit venir de là).

Difficile de vous parler de mon ressenti sur la fin de ce livre sans vous spoiler. Tout ce que je peux vous dire c’est que je l’ai trouvé génial, Becky va devoir faire des choix aussi bien dans sa vie privée que professionnelle et on se demande à chaque instant si elle ne va pas changer d’avis. Ce dénouement n’en est pas vraiment un car il y a un petit suspense qui donne vraiment envie de se plonger dans le tome suivant!

En bref, comme toujours avec Sophie Kinsella et son personnage de l’accro du shopping, j’ai accroché à l’histoire et je ne me suis jamais ennuyée. J’ai aimé accompagner Becky dans toutes ses péripéties Hollywoodiennes et j’ai retrouvé avec bonheur les personnages qui ont marqué cette série de livres. Je ne sais pas si c’est le fait que l’action se déroule à Los Angeles où si c’est l’histoire qui a fait cela, mais je crois qu’il s’agit de mon tome préféré de la saga. J’ai hâte que le prochain tome sorte!

Note : 18/20
paradi-ze: credits to whoever made this xx

« J’avais cru comprendre que celui que tu as acheté pendant le week-end était tellement formidable que tu le porterais jusqu’à la fin de tes jours, que ce serait ton image de marque et que les gens e surnommeraient « la fille avec le sac Laura Bohinc » ? »
Incroyable ! On devrait interdire aux maris de mémoriser mot pour mot les conversations de leurs femmes. C’est contre l’esprit du mariage.


De la même auteure :

Couverture Love and the city

Publicités