A Midsummer Night’s Dream – Shakespeare

par alltimereadings

Couverture Le Songe d'une nuit d'été

Résumé :

« À l’heure où les elfes s’éveillent, les humains s’endorment, et il est demandé au spectateur, victime consentante, de croire à la communication improbable de ces deux mondes. Les uns habitent la cité, régie par une loi anti-naturelle et imposée ; les autres demeurent au plus profond des bois, lieu où les lois irrationnelles de l’amour ont libre cours. Thésée juge les amoureux, Obéron les réconcilie grâce à un philtre d’amour qui, tel une encre magique, engendre dans le coeur des amants, comme dans l’intrigue, des bouleversements baroques. »

Mon avis :

Dans le cadre de mes études, j’ai étudié deux passages de cette pièce de théâtre. Pour mieux comprendre l’histoire je me suis dit que ce serait une bonne idée de lire l’oeuvre intégrale afin d’en comprendre toutes les subtilités. Eh bien c’est chose faite et je dois dire que ce fut une expérience assez plaisante. Ah oui, je dois vous préciser aussi que c’était ma première lecture de Shakespeare.
J’aime beaucoup lire des pièces de théâtre. J’ai toujours aimé celles que j’ai lu. Celle-ci ne dérogeant pas à la règle ! Je l’ai lu en anglais, mais j’avais choisi une édition bilingue, ce qui fait que pour certains mots ou expressions j’avais la traduction directement sous les yeux, c’était plus simple.

La pièce débute à quelques heures du mariage de Theseus et Hippolyta. Les deux futurs mariés parlent de la cérémonie quand un homme, Egeus, arrive en trombe et se plaint auprès de Theseus, que sa fille Hermia veut offrir son cœur à un certain Lysander alors que lui l’avait pré-destiné à Demetrius. Hermia se retrouve donc dans une situation délicate, elle est aimée par deux hommes et doit en plus faire son choix en fonction du souhait de son père.
Nous découvrons par la suite la jeune Helena, qui est amoureuse de Demetrius mais qui n’est pas aimée en retour. C’est là tout le paradoxe de la pièce puisqu’on sait qu’Helena était en réalité si belle que c’est à cause d’elle qu’a eu lieu la guerre de Troie…

We must starve our sight
From lover’s food till morrow deep midnight.

Au cours de la pièce nous découvrons aussi Oberon et Titania (le roi et la reine des fées) qui sont en pleine dispute conjugale à cause d’un petit garçon « adopté ».
Les autres personnages tenant une assez grande importance dans la pièce sont les ouvriers, dont Bottom, et le serviteur d’Obéron, Puck (un petit être assez malicieux).

Presque tous les personnages sont donc dans une situation amoureuse assez catastrophique. Oberon, en fin stratège, décide d’utiliser une potion d’amour pour que sa femme tombe éperdument amoureuse de quelqu’un d’autre et qu’elle n’ait plus aucun intérêt à garder le petit garçon, ainsi il pourra le récupérer. Mais, ayant surpris une conversation entre Demetrius et Helena, il demande à son serviteur d’utiliser la potion sur le jeune homme afin qu’il tombe amoureux d’elle. Evidemment, Puck va se tromper de personne et c’est là que tous les personnages tombent dans une confusion extrême où les couples d’avant ne sont plus et où Helena, rejetée par celui qu’elle aime, est courtisée par deux hommes à la fois.

Maidens call it Love-in-idleness.
Fetch me that flower : the herb I show’d thee once.
The juice of it, on sleeping eyelids laid,
Will make or man or woman madly dote
Upon the next live creature that it sees.

L’histoire en elle-même m’a bien plu. C’est saugrenue, il y a beaucoup de rebondissements et certaines répliques sont assez drôles. Je pensais que, étant donné que c’est du Shakespeare et donc du classique, la pièce allait être trop lourde, écrite en langage trop soutenu et que les personnages seraient ennuyant à mourir. Mais pas du tout. D’ailleurs, les ouvriers comme Bottom ou Quince apporte un peu de légèreté à la pièce car il arrive qu’ils ne s’expriment pas en vers mais en prose.

En ce qui concerne les protagonistes, on s’attache assez facilement aux jeunes amoureux, Hermia et Lysander. J’ai eu un peu plus de mal avec Demetrius et surtout avec Helena car elle passe clairement trois actes à se plaindre de sa situation. Quand elle dit à Demetrius qu’elle préfèrerait être tuée de sa main plutôt que de vivre en sachant qu’il ne l’aime pas, je n’ai eu qu’une envie, c’est qu’il le fasse, au moins on ne la verrait plus gémir comme cela!

I’ll follow thee and make a heaven of hell,
To die upon the hand I love so well.

Puck m’a bien fait rire aussi. Il n’y a pas de description physique de lui, mais je me l’imaginais comme un petit lutin irlandais malicieux! D’ailleurs, quand il jette un sort à Bottom, en lui donnant une tête d’âne, on comprend qu’il le fait rien que pour sa propre satisfaction et son propre divertissement. Sacré lutin!

Enfin, pour la compréhension de l’anglais, je dirais que ce livre est assez hétérogène. C’est-à-dire que certaines parties sont écrit en langage courant, avec des mots très faciles et donc il n’y a aucunes difficultés. Par contre, certains passages, et surtout les grandes tirades, sont écrites en vieil anglais, avec des expressions et mots totalement désuets ce qui fait qu’un petit coup d’œil à la traduction m’a été nécessaire. Le vocabulaire bucolique est aussi assez présent, donc si on ne connaît pas les noms de plantes aromatiques ou de certains oiseaux on ne comprend pas la référence. Mais en général le livre est assez compréhensible. On arrive à comprendre le gros de l’histoire même sans être vraiment concentré sur notre lecture.

Note : 15/20

Theseus
I wonder, if the lion be to speak.
Demetrius
No wonder, my Lord, one lion may, when many asses do.


Du même auteur :

Afficher l'image d'origine

Publicités