Martin Luther King – Alain Foix

par alltimereadings

Couverture Martin Luther King

Résumé :

« La vie dans sa forme optimale est un grand triangle. À un angle se trouve la personne humaine, à l’autre angle se trouve l’autre personne, et au sommet se trouve Dieu. Si ces trois dimensions ne s’enchaînent pas, travaillant harmonieusement ensemble dans une seule vie, alors cette vie est incomplète. » Assassiné le 4 avril 1968, sur le balcon du Lorraine Motel à Memphis dans le Tennessee, Martin Luther King (1929-1968) est un homme multiple. Penseur, poète, disciple de Gandhi appliquant la philosophie de la non-violence dans sa lutte pour les droits civiques des Américains noirs, il a su franchir la « ligne des couleurs » pour s’attaquer à la question plus générale de la pauvreté. Prix Nobel de la paix en 1964, le célèbre pasteur baptiste aux dons d’orateur hors du commun nous a laissé une voix qui, aujourd’hui encore, nous invite à ne pas abandonner nos rêves. Ce livre est l’histoire d’un homme qui pensait que « la justice est toujours debout à côté de l’amour ».

Mon avis :

Etant une passionnée des années 50-60 aux Etats-Unis, c’est avec un grand plaisir que je me suis lancée dans la lecture d’une biographie de Martin Luther King, figure emblématique du combat pour l’égalité raciale aux Etats-Unis et partisan de la lutte non-violente. Je m’attendais à lire une biographie classique, rapportant des faits plus ou moins importants de la vie de MLK. Eh bien je me suis trompée. Ce livre est présenté sous la forme d’un récit des dernières heures du pasteur, tout en incluant au fur et à mesure des épisodes de sa vie.

Ce livre débute donc la veille de l’assassinat de Luther King. Il sent que quelque chose va lui arriver, il sait qu’il va mourir, sa seule incertitude : quand ? Car oui, depuis l’assassinat de John F. Kennedy, Malcolm X et d’autres défenseurs de l’égalité raciale, il sait qu’il est menacé, qu’il terminera comme eux avec une ou plusieurs balles dans le corps. Ce 3 avril 1968, il se prépare à mourir. Et pour cela, il repense à sa vie, à ses différents combats, ses différentes rencontres, ses échecs aussi. En fait, c’est un peu comme si MLK voulait nous emmener dans ses souvenirs.

N’a-t-il pas, en 1964, annoncé à la télévision la possibilité que les Etats-Unis éliraient d’ici 40 ans un président noir, en total accord avec le président John Fitzgerald Kennedy qui avait pronostiqué la même chose ? […] MLK, comme JFK, voit loin, trop loin peut-être. Sans doute a-t-il tort d’avoir raison trop tôt.

Ce livre est un véritable chef d’oeuvre. Plus qu’une biographie, c’est une plongée au cœur de la vie de Luther King qui nous est proposé. On se met à sa place, on imagine ce qu’il a pu ressentir et surtout on vit au rythme de ses différents discours. Personnellement j’ai été absorbée par ma lecture et totalement passionnée.
Ce livre est aussi très bien structuré, les souvenirs sont amenés de façon très subtile. En fait c’est comme si on continuait le récit tout en mettant en parallèle un événement passé.

Prétendre que le temps, à lui seul, guérira inéluctablement tous les maux, voilà une idée étrangement irrationnelle – Martin Luther King

J’ai également beaucoup aimé la présence de dialogues d’époques. Car oui, il y a des dialogues écrit par l’auteur et qui n’ont pas été prononcé mots pour mots par les protagonistes, mais il y a aussi de vrais archives. On a par exemple la retranscription d’une conversation entre MLK et Kennedy, ou entre MLK et Ralph Abernathy. Cela rend le tout plus concret, plus vivant.

J’ai aussi apprécié le fait qu’on vivait le 3 avril 1968 du point de vue de James Earl Ray (l’assassin présumé de Luther King). Cela nous permet de comprendre son état d’esprit et de découvrir qui il était vraiment.

On retrouve dans ce livre plusieurs discours de Martin Luther King, des lettres et des articles qu’il a écrit. J’ai trouvé ça vraiment intéressant car on connaît tous I have a dream (j’ai d’ailleurs été très heureuse de retrouver une grande partie de ce discours dans cette biographie) mais pour ce qui est de ses autres discours, on n’en sait pas grand chose… Je me suis rendue compte qu’en fait, malgré la magnificence de I have a dream, ce n’était pas son meilleur discours! Et c’est justement pour ça que j’ai adoré ce livre car on en apprend vraiment sur MLK, on découvre l’homme, le pacifiste, le pasteur, le mari, le père et l’orateur extraordinaire qu’il était.

Si l’âme de l’Amérique se trouve empoisonnée à mort, un mot doit figurer dans le rapport d’autopsie : Vietnam – Martin Luther King

Un passage m’a particulièrement émue, c’est celui où il apprend qu’il a eu le prix Nobel de la paix. On ne peut que s’imaginer la joie mais aussi l’immense honneur qu’il a du ressentir en apprenant cette nouvelle. Cette émotion qu’il a ressenti en acceptant son prix, nous la partageons avec lui en lisant ce livre. C’est assez impressionnant car ce passage, qui est pourtant assez court, a réussi à me mettre les larmes aux yeux!

Dans ce livre, MLK est certes celui autour de qui tout se base, mais on apprend aussi à découvrir son entourage. On en apprend beaucoup sur sa femme Coretta, sur son meilleur ami Ralph Abernathy, sur Jessie Jackson mais aussi sur des personnalités politiques comme John F. Kennedy, Robert F. Kennedy, Lyndon Johnson, Gandhi… A travers ce livre j’ai aussi appris à mieux connaître Malcom X, fervent défenseur de la cause des noirs, mais dans un tout autre registre que MLK… Malcom X privilégiait la violence et ne supportait pas l’inaction des partisans de MLK et je trouve ça très ingénieux de la part de l’auteur d’avoir fait un parallèle entre les deux hommes.

Que dire de plus ? Je vous invite fortement à découvrir cette biographie. L’auteur, Alain Foix, a une écriture très fluide, vraiment très agréable à lire, sa manière de tourner les phrases est remarquable. En quelques phrase seulement il arrive à nous transporter dans cet hôtel de Memphis, en 1968.

Si je devais absolument faire une remarque négative (mais ce serait chipoter pour peu…), je dirais que c’est dommage que le discours du sénateur Robert Kennedy au cours duquel il a annoncé la mort de MLK ne soit pas dans le livre. Il est réputé pour être le meilleur discours qu’il n’ait jamais prononcé et pour cause, il est émouvant à souhait et rappelle à quel point Martin Luther King était le héros de toute une génération.

Elu président des Etats-Unis, Barack Obama venait d’accomplir une part du rêve de Martin Luther King.

Note : 20/20
tumblr_m5rnfjMi1j1qf3fhh

Il n’y a pas de problème noir aux Etats-Unis, il n’y a qu’un problème blanc. – Sartre

Publicités