Madame, vous êtes une prof de merde ! – Charlotte Charpot

par alltimereadings

Couverture Madame, vous êtes une prof de merde !

Résumé :

« Jeune enseignante, Charlotte Charpot est parachutée pour sa première affection dans la banlieue de Nîmes. Rien ne lui sera épargné: élèves insolents, caillassage de voiture et indifférence de leurs supérieurs. Après sa mutation à Bruxelles, les choses sont pires. La voilà plongée dans la réalité du « flexi-prof », qui enseigne aussi bien le français que l’histoire, au milieu des insultes proférées par les élèves… ou par les parents. Derrière cet itinéraire malheureusement banalisé se cache la voix de centaines de professeurs en désarroi. Au-delà de ses désillusions personnelles, l’auteur dénonce la violence interne à l’Ecole : violence de l’abandon des enseignants par leur hiérarchie, violence verbale et physique des élèves, violence des réformes politiques mal adaptées… Comment survivre dans de telles conditions ? »

Mon avis :

Avant que vous ne lisiez ce livre, ou cette critique, je tiens à vous préciser quelque chose : l’auteure, Charlotte Charpot, a tout vu, tout entendu, tout fait, tout expérimenté. Elle est bien trop intelligente, talentueuse, douée pour faire ce bas-métier qu’est enseignant au collège/lycée.
Enfin, ça c’est ce qu’elle nous fait comprendre dans ce livre. Je ne sais pas si c’est ce qu’elle a voulu dire en réalité, mais si ce n’est pas le cas, alors cette femme ne sait pas s’exprimer (ce qui est plutôt regrettable pour une professeur, pardon ex-professeur, de français).

toujours meilleure

Donc. Ce livre de 250 pages est le récit de l’expérience qu’a connu l’auteur dans l’éducation en France, puis en Belgique. Dès le début, on comprend que rien ne lui plaît. Absolument rien. On a même l’impression que le contact avec les élèves ou les autres professeurs l’irritent. Je me demande pourquoi elle a choisi ce métier. Vraiment! Tout son livre n’est qu’une critique acerbe du collège, du lycée, des enseignants, des élèves, des parents, des proviseurs, des réformes ministérielles… Attention, je ne dis pas que tout va bien dans le meilleur du monde, tout le monde sait que l’école est un sujet sensible et qu’on est loin de la perfection. Mais je pense que du point de vue d’un auteur qui veut faire passer un message à ses lecteurs, elle aurait du modérer ses propos.

De plus, si l’auteur était si intelligente que ça, pourquoi ne proposerait-elle pas de solutions ? Ce serait intéressant de voir ce qu’une ex-professeur pourrait faire ou dire pour améliorer les choses! Mais non, elle se contente de critiquer, critiquer, critiquer. C’est lourd! Sincèrement, c’est une oeuvre à laquelle il faut s’accrocher pour venir à bout de ses 250 pages. Dès le premier chapitre j’en avais déjà assez. Elle se met trop en avant, elle en sait plus que tout le monde, c’est fatiguant. Non mais sérieusement, dans ce livre elle dit qu’après un entretien d’embauche, pour lequel on lui a fait passer un test de compétences, la personne s’est excusée car l’auteur était évidemment qualifiée (voir même sur-qualifiée) pour ce poste.

Bon, soit. Elle n’a pas aimé son expérience dans l’Education Nationale en France. Donc elle est parti en Belgique TOUT EN SACHANT QUE CE SERAIT PIRE! J’ai juste une question : pourquoi ? Pour pouvoir critiquer encore plus et montrer sa supériorité intellectuelle évidente ?
J’ai l’impression que cette auteure vit bien en dehors de la réalité. Non mais sérieusement, une phrase m’a fait hurlée de rire. Elle a bien fait rire mes parents aussi, avec qui je l’ai partagée :

Je ne sais pas si quelqu’un d’autre qu’un prof peut savoir ce qui signifient 7 heures dans la journée.

424134

Sachez chère madame que vous n’êtes pas la seule à travailler 7h par jour, et vous n’étiez sûrement pas la plus à plaindre en terme de volume horaire (pour vous rafraîchir la mémoire, un simple lycéen a 8h de cours par jour + ses devoirs + ses révisions)…

Avant de lire ce témoignage, j’ai été voir sa note sur livraddict : elle de 10/20. Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à ne pas être emballée par ce livre (j’avais peur que mon intelligence soit trop réduite pour apprécier la plume de l’auteur voyez-vous).

Mon intelligence n’a pas besoin des vêtements adéquats pour être visible. 

Bref, je ne vous recommande pas du tout ce livre. Personnellement, après avoir lu ce témoignage je suis plus en colère contre l’auteur que contre le système et l’Education Nationale.
D’ailleurs à la 98e page du livre, on trouve la citation :

Après tout, que sommes-nous face à l’enseignement si l’humilité et l’échange disparaît ? 

Eh bien effectivement, un peu d’humilité ne lui ferait pas de mal.

Note : 4/20
1021

Publicités